Bienvenue sur le site d’André Rudaz
Cyclotourisme/Ruta de la Plata
Jeudi 27 juin  Allariz - Santiago de Compostela 155 km 2280 m   accès diaporama 48 photos Secrètement j’espère en finir ce soir, j’ai hâte de retrouver ma femme et ma maison. À   la   sortie   de   Ourense,   j'emprunte   une   agréable   piste   cyclable   le   long   du   Río   Miño.   Plusieurs   bains   thermaux   jalonnent   ce   fleuve.   Bien   des habitants profitent de cette eau particulièrement chaude. Je franchis l’Alto do Boliño (810 m) puis juste après, l’Alto do Paraño (800 m). J’entre dans la province de Pontevedra et gravis la Portela de Lamas (767 m). La   Serra   do   Candán   est   vraiment   paisible,   c’est   un   plaisir   de   pédaler   dans   cette   région.   Je   grimpe   l’Alto   de   Penadoira   (854   m)   et   le   Porto Candán (845 m), 119ème et dernier col de mon périple. Je m’arrête à Silleda pour me ravitailler. Cette fois, je suis sûr d’atteindre Santiago dans la soirée. Je traverse le fleuve Ulla et pénètre dans la province de A Coruña. Je parcours les derniers kilomètres sur le sentier qu’empruntent les pèlerins. Vers   18:00,   je   pénètre   sur   la   place   de   la   cathédrale.   Incroyable,   la   différence   d'émotion   par   rapport   à   2009.   Aujourd'hui,   ce   n'est   pas   une émotion   en   relation   avec   la   découverte   de   ce   magnifique   site   rempli   d'histoire,   mais   c'est   une   grande   reconnaissance   par   rapport   à   la   réussite de mon objectif. Etant   très   motivé   par   le   retour   au   pays,   je   ne   flâne   pas.   Je   vais   rapidement   faire   timbrer   mon   carnet   et   je   reçois   ma   «   Compostela   ».   Ensuite, je   cherche   un   mécanicien   qui   s’occupera   de   l’emballage   et   de   l’expédition   de   ma   randonneuse.   Un   désavantage   de   ne   pas   être   dans   l’union européenne,   je   dois   payer   110€   au   lieu   de   80€   son   expédition   en   Suisse   !   Je   la   recevrai,   avec   les   sacoches,   10   jours   plus   tard,   à   la   maison.   Elle aura transité auparavant par Paris, les Pays-Bas, Zürich, Genève, à nouveau Zürich et enfin Mendrisio ! À   noter   que   les   roues,   porte-bagages   et   garde-boue   n’ont   pas   été   démontés.   Seules   les   pédales   ont   été   enlevées   et   mises   dans   un   sachet plastique. Le guidon a tout simplement été « tourné ». Après avoir réservé mon billet d'avion dans une agence de voyage, je peux enfin prendre une douche à l'hôtel San Carlos. Il est 20 :30. Je me considère chanceux d'avoir fait 3200km sans une crevaison et sans ennuis mécaniques. (Pneus Continental 700x28). Retour   accès diaporama 2 photos En taxi et sans bagages, je quitte l’hôtel pour l’aéroport le 28 juin à 5:00. Après une escale à Madrid, j’atterris à Milan vers 12:00. Je   prends   le   bus   qui   assure   la   liaison   Milano-Bellinzona,   puis   le   train   de   Bellinzona   à   Locarno.   Il   est   15:00,   ma   femme,   que   je   retrouve   avec   un grand plaisir, m’attend à la gare. Conclusion Ce   voyage   a   représenté   pour   moi   un   sérieux   défi,   je   n'imaginais   pas   atteindre   ce   but   en   une   seule   tentative   et   en   26   jours.   La   maladie   m’a diminué physiquement, mais je crois être devenu plus fort mentalement. Je   suis   bien   conscient   que   je   suis   en   sursis   (attente   de   5   ans   pour   être   déclaré   guéri)   mais   quand   je   me   remémore   dans   quel   état   j’étais   il   y   a   2 ans, réussir ce challenge, c’est tout simplement merveilleux ! Je   n'oublie   pas   Jocelyne   (membre   CC,   privée   de   "cyclo-joies"   à   cause   d'une   sclérose   en   plaques)   et   la   remercie   pour   son   aide   à   la   rédaction. J’ai pensé souvent à son grand courage durant mon voyage.
it
retour ŕ la carte