Bienvenue sur le site d’André Rudaz
Cyclotourisme/Sierra Nevada
Losone - Granada - Sierra Nevada 15-06-1996 - 25-06-1996
Distance 275 215 200 230 160 170 185 180 130 110 95 1950
dénivélation 1750 1600 130 1005 550 650 550 1620 1160 1260 2400 12675
L’idée   de   ce   périple   m’est   venue   durant   l’année   1993.   pourrais-je aller pour mes 50 ans? Après   avoir   pédalé   à   travers   les   Alpes,   les   Pyrénées,   les Dolomites,   après   avoir   traversé   l’Autriche,   visité   Prague,   la Côte   d’Azur,   la   Corse,   etc.,   que   me   restait-il   encore   à   faire   en vélo? Étant   un   amoureux   de   la   montagne,   pourquoi   ne   pas   grimper   la   route   la   plus   haute   d’Europe   qui   mène   au   Pico   Veleta   à   3398m   d’altitude   dans le massif de la Sierra Nevada, aux environs de Grenade? Après   avoir   obtenu   le   feu   vert   de   la   famille,   il   m’a   fallu   3   ans   de   préparation   topographique,   en   étudiant   les   cartes,   en   choisissant   la   voie   la   plus intéressante   et   pas   nécessairement   la   plus   longue   tout   en   rêvant   des   parcours.   Il   fallait   cependant   attendre   la   date   fatidique   pour   partir. Naturellement,   pour   rendre   ce   voyage   plus   passionnant,   il   faudrait   être   au   moins   deux   à   l’effectuer.   Pour   cela,   il   fallait   donc   convaincre l’immanquable   Frédéric   Ducommun   dit   "Giulli",   fidèle   compagnon   de   route   dans   la   majeure   partie   de   mes   raids.   Il   accepta   ma   proposition   sans aucune hésitation. Pour le voyage de retour, prière de se référer aux dernières pages ! Considérations: Pour   un   périple   de   ce   genre,   il   va   de   soi   qu’une   bonne   préparation   physique   est   indispensable   sur   le   plan   de   la   résistance,   vu   le   nombre   élevé d’heures   à   passer   sur   le   vélo.   La   vitesse   n’entre   donc   pas   en   ligne   de   compte   dans   ce   type   de   voyage.   Au   moment   du   départ,   nous   avions   4800 km   dans   les   jambes   et   environ   200   heures   de   selle.   Nous   avons   été   surpris   en   bien   par   l’Espagne.   Les   gens   sont   très   accueillants,   éduqués   et surtout disponibles. En outre, ils vous respectent sur la route à part quelques très rares coups de Klaxon. En   Espagne,   nous   avons   parcouru   plusieurs   kilomètres   sur   des   routes   très   larges   qui   correspondent   chez   nous   à   des   semi-autoroutes. Naturellement,   le   trafic   y   est   très   intense   (en   particulier   de   nombreux   camions)   mais   ces   semi-autoroutes   ont   l’avantage   d’avoir   une   bande d’arrêt d’urgence qui nous a permis de voyager en toute sécurité. Pour   conclure   ces   considérations,   11   jours   sans   une   averse,   peu   de   problèmes   mécaniques,   aucune   crevaison,   signifie   que   nous   avons   eu beaucoup   de   chance,   mais   vu   que   cette   dernière   ne   sourit   qu’aux   audacieux,   alors…   Seul   un   vent   contraire,   rencontré   tous   les   jours,   nous   a partiellement dérangé. Et maintenant, où irai-je pour mes 55 ans ?
15/06/1996 Losone - Cesana 275 km 1750 m Départ 6:00 Arrivée 18:35
Le rendez-vous est fixé à 6heure devant le restaurant Belvédère à Losone. Comme   d’habitude,   Frédéric   arrive   avec   5   minutes   d’avance.   Geste   sympathique   de   l’ami   Serge   Places   qui   vient   nous   saluer   et   nous   souhaiter un bon voyage. Il nous charge en outre de saluer sa mère que nous rencontrerons le cinquième jour à Cunit, 65 kilomètres après Barcelone. Le   temps   est   magnifique   et   un   vent   favorable   nous   accompagnera   tout   le   jour.   Il   nous   faudra   une   dizaine   de   kilomètres   pour   nous   habituer   au poids des bagages (environ 8 kg). Nous   traversons   les   splendides   rizières   aux   abords   d’Arborio   et   continuons   direction   Cugliano   où   nous   devons   nous   arrêter   un   instant   près   d’un garage pour mieux fixer le porte-bagages de Frédéric. A 12h.30, arrêt pour le repas de midi à Brandizzo. Nous sommes à peu de kilomètres de Turin et nous avons déjà parcouru 165 km. La traversée de Turin ne nous crée aucun problème car nous sommes samedi et le trafic est très faible. Nous   commençons   la   longue   vallée   de   Susa.   Un   arrêt   à   15   km   de   cette   dernière   ville   pour   remplir   les   bidons   et   à   16h.00,   nous   attaquons   la montée du col de Montgenèvre. Les   premiers   lacets   sont   terribles,   non   pas   tellement   pour   la   dénivellation   mais   plutôt   pour   la   chaleur   torride   qui   règne   et   le   changement brusque de parcours, car les 240km effectués jusqu’ici étaient pratiquement plats. Nous   faisons   une   petite   halte   pour   admirer   la   forteresse   d’Exiles   et   nous   repartons   direction   Oulx   (1121m)   où   est   prévue   initialement   la   fin   de   la première   étape.   Frédéric   propose   de   poursuivre   jusqu’à   Cesana,   distant   de   12km.   Après   un   léger   ravitaillement,   nous   nous   mettons   en   route pour arriver à 18h.30 à Cesana (1345m) après avoir parcouru 275km. Nous   logeons   à   l’hôtel   ALBA   pour   34.000.-   Lire   par   personne   (1000L=0.80SFR),   déjeuner   compris.   Après   avoir   soupé   dans   un   restaurant   de   la ville et avoir passé un coup de fil à la famille, nous nous mettons au lit à 22h.00 pour un repos bien mérité.
Rizières aux abords d'Arborio
La forteresse d'Exiles
Susa et le début du col du Montgenèvre
16/06/1996 Cesana - Céreste 215 km 1600 m Départ 8:30 Arrivée 19:55
Nous   pensions   que   cette   étape   ne   serait   pas   trop   difficile   car   nous   étions   à   seulement   8km   du   sommet   du   col   du   Montgenèvre   et   qu’une   longue descente nous attendait par la suite. Au contraire, ce fut l’une des plus dures journées de notre périple. Procédons par ordre chronologique. Les   12   heures   et   quelques   minutes   passées   sous   le   soleil   le   jour   précédent   ont   laissé   des   traces   sur   notre   peau.   En   effet,   nous   souffrons   de diverses brûlures sur les jambes, les bras et le nez. Le   départ   est   pénible   car   la   route   monte   tout   de   suite   avec   des   passages   à   10%.   Le   ciel   est   serein   et   la   température   est   fraîche   pour   le moment. En   un   peu   moins   d’une   heure,   nous   atteignons   le   sommet   du   col   où   se   trouve   entre   autres   la   frontière   franco-italienne   à   1850m   d’altitude. Nous   devons   enfiler   nos   anoraks   pour   nous   protéger   du   vent   dans   la   descente   car   l’air   est   frais.   Nous   traversons   Briançon   et   continuons   notre descente tout en constatant depuis le début de cette dernière, qu’il souffle un vent contraire qui nous tiendra compagnie toute la journée. Nous   avançons   au   ralenti.   Nous   employons   2   heures   pour   parcourir   les   premiers   40   kilomètres   qui   nous   portent   à   La   Roche-de-Rame   où   nous nous arrêtons pour y manger la traditionnelle «baguette ». Après la montée de Châteauroux, sur le pont de Savines, nous traversons le splendide lac artificiel de Serre-Ponçon. A 13h.00, arrêt pour le repas de midi à Chorges. Nous avons parcouru à peine 80km. Nous   reprenons   la   route   direction   Sisteron   en   légère   descente   et   avec   toujours   le   vent   contraire   comme   compagnon   de   route.   Une   brève   halte à   Sisteron   et   nous   poursuivons   le   long   de   la   vallée   de   la   Durance,   via   Château-Arnoux   et   Peyruis   pour   ensuite   bifurquer   à   droite   direction Forqualquier où le terme de la deuxième étape était prévu. Nous   atteignons   Forqualquier   à   18h.30   après   avoir   parcouru   192km.   Notre   guide   touristique   de   la   fédération   française   de   cyclotourisme   nous conseille un hôtel à Cérestre, soit à 23 km d’ici. Nous téléphonons au dit hôtel pour réserver et après un ravitaillement bienvenu, nous continuons direction Cérestre malgré l’heure tardive. Nous   nous   trouvons   dans   le   massif   du   Lubéron,   un   endroit   charmant   et   tranquille   vu   le   peu   de   trafic.   Depuis   quelques   kilomètres,   un   bruit étrange comme une vibration provient de mon vélo. Nous continuons notre chemin tout en décidant de contrôler ce bruit à Cérestre. Nous   y   arrivons   à   19h.55.   Un   rapide   contrôle   du   vélo   nous   permet   de   constater   que   mon   porte-bagages   antérieur   s’est   cassé.   Je   le   démonte immédiatement   car   je   ne   peux   plus   le   réparer.   Le   peu   de   bagages   qu’il   transportait   (l’étui   de   réparation   en   cas   de   crevaison)   sera   fixé   sous   la selle. Nous   logeons   à   l’hostellerie   l’Aiguebelle   qui   fait   partie   de   la   chaîne   des   Logis   de   France.   Prix   =   386   FF   par   personne   comprenant   la   chambre,   le souper, le déjeuner, les téléphones et les extra. (100 FF = 23 SFR).
A la sortie de Cesana, le col du Montgenèvre.
Le lac de Serre-Pnoçon et le pont de Savines.
La forteresse de Sisteron
17/06/1996 Céreste - Sète 200 km 130 m Départ 8:15 Arrivée 18:15
Après   un   bon   déjeuner,   nous   poursuivons   notre   voyage   en   direction   de   la   mer   en   traversant   une   magnifique   région   qui   est   le   Vaucluse.   Nous passons Apt, Cavaillon pour s’arrêter à Saint-Rémy-de-Provence après 60km de route. Un léger ravitaillement pour ensuite parcourir 25 terribles kilomètres de vent contraire jusqu’à Arles. Nous   visitons   avec   calme   les   arènes.   Le   centre-ville   d’Arles   est   très   joli.   Nous   traversons   le   Rhône   et   cela   nous   fait   un   drôle   d’effet   de   le   voir   si grand, vu que nous sommes habitués à le voir jaillir de sa source au pied du col de la Furka. Maintenant,   nous   prenons   la   direction   de   la   Camargue,   plaine   très   particulière   avec   ses   rizières,   ses   étangs,   ses   taureaux   et   ses   nombreux chevaux   que   l’on   peut   louer   pour   des   promenades   afin   d’y   apercevoir   une   quantité   infinie   d’oiseaux   sauvages   dont   les   fameux   flamants   roses que   nous   avons   la   chance   de   voir.   Notre   joie   s’estompe   cependant   rapidement   car   nous   devons   continuellement   rouler   contre   ce   maudit   vent contraire. Nous   côtoyons   pour   la   première   fois   de   notre   voyage   la   mer   en   arrivant   à   la   Grande-Motte.   Nous   nous   arrêtons   à   Pavalas-Les-Flots.   Nous   avons parcouru 172km et il fait très chaud. Nous décidons de poursuivre jusqu’à Sète que nous traversons entièrement pour nous arrêter à la Corniche, 2km après Sète. Nous logeons à l’hôtel VENEZIA. Prix= 200FF par personne comprenant la chambre, le déjeuner, les téléphones et les extra. Nous   chercherons   pour   les   prochains   jours,   de   partir   avant   dans   la   matinée   afin   de   voyager   le   plus   de   temps   possible   sans   vent   contraire.   En effet, nous avons constaté que le vent se levait vers les 10h.00. De la théorie à la pratique… hem !
Entre Cérestre et Apt
L'arène de Arles
Les risières de la Camarque
La mer à 4 km de Sète
18/06/1996 Sète - Gerona 230 km 1005 m Départ 7:40 Arrivée 19:15
Après le traditionnel déjeuner, nous partons avec une légère avance sur l’horaire des jours précédents. Nous roulons pendant 15km le long de la mer pour ensuite prendre la direction de Béziers. Pratiquement,   nous   ne   verrons   plus   la   mer   pendant   280km.   Nous   traversons   Béziers,   Narbonne,   où   nous   faisons   une   longue   pause,   pour rejoindre ensuite Perpignan (37m). Le paysage est composé en majorité de vignes. La route est très vallonnée sans cependant poser trop de problèmes. En s’éloignant du bord de mer, le vent n’est plus aussi violent que les jours précédents. À   la   sortie   de   Perpignan,   et   après   une   brève   halte,   nous   apercevons   la   chaîne   des   Pyrénées   que   nous   traverserons   en   son   point   le   plus   bas.   A partir   du   Boulou   (89m),   à   10   kilomètres   de   la   frontière   espagnole,   la   route   commence   à   monter   en   direction   du   col   du   Perthus   (290m)   qui   est également la frontière. Nous sommes finalement en Espagne mais il nous manque encore 1100 kilomètres jusqu’au but final. Une   dizaine   de   kilomètres   en   légère   descente   et   15   de   plat   nous   portent   à   Figueras   (30m).   Nous   y   effectuons   notre   première   halte   en   Espagne pour boire un’agua mineral et manger un bocadillo. Il   nous   manque   40   kilomètres   pour   arriver   à   Gerona.   La   route   présente   diverses   côtes   qui   semblent   à   première   vue   difficiles,   probablement parce   que   nous   sommes   aussi   un   peu   fatigués.   De   toute   façon,   ce   n’est   pas   encore   aujourd’hui   que   nous   pourrons   piquer   un   petit   roupillon avant le souper. Nous logeons à l’hôtel ULTONIA. Prix= 6300 PTS par personne comprenant chambre, déjeuner, téléphones et extra. (1000 PTS = 10 SFR)
Giulli à Béziers
Narbonne
Le col du Pertus
Au sommet du Pertus
19/06/1996 Gerona - Cunit 160 km 550 m Départ 8:15 Arrivée 16:40
Avec un paysage très agréable à observer et passant d'une vallée à l'autre, nous nous approchons de la mer. Nous retrouvons cette dernière entre la Costa Brava et la Costa Dorada à environ 60 kilomètres de Barcelone. Même si nous ne sommes qu’à mi-juin, la saison touristique est déjà commencée. Nous   poursuivons   notre   route   en   traversant   Calena,   la   splendide   région   de   Sant   Pol   de   Mar,   Arenys,   Matarò,   Premià   de   Mar   où   nous   faisons   une brève escale. Il nous manque 8 kilomètres à l’entrée de Barcelone. La   traversée   de   cette   dernière   est   un   enfer.   Un   trafic   à   n’en   plus   finir,   avenues   à   4   pistes   où   la   moindre   inattention   peut   coûter   très   cher,   le   tout sous une température de 34 degrés à l’ombre. L’idée   est   de   passer   près   des   installations   olympiques   de   Montjuic.   Malheureusement,   nous   nous   trompons   de   route   et   nous   nous   retrouvons au nord-ouest de la ville. Nous cherchons de sortir le plus vite possible de ce chaos pour retrouver le bord de mer. Finalement,   nous   arrivons   à   Castelldefels   où   nous   nous   arrêtons   pour   nous   ravitailler   et   reprendre   notre   souffle   car   il   manque   encore   45   km jusqu’à Cunit. La Costa de Garraf est vraiment splendide et nous ne manquons pas de l’admirer malgré de vilaines petites côtes. Nous passons à Sitges puis à Vilanova pour atteindre Cunit avec un peu d’avance par rapport aux jours précédents. Après   avoir   pris   possession   de   notre   chambre,   nous   profitons   du   temps   qu’il   nous   reste   jusqu’au   souper   pour   aller   se   faire   raser   chez   le   coiffeur (barbe de 5 jours). Ce   soir,   nous   sommes   les   hôtes   de   madame   Places,   la   mère   de   notre   collègue   cyclotouriste   de   Losone,   l’ami   Serge   qui   était   d’ailleurs   venu   nous saluer au départ de notre périple. Après   la   sangria   de   la   maison   et   l’entrée,   nous   dégustons   une   excellente   paella   à   la   satisfaction   générale.   Le   frère   jumeau   de   Serge   et   sa sympathique amie sont également présents. L’hospitalité   de   la   maîtresse   de   maison   nous   a   fait   un   très   grand   plaisir   et   nous   prenons   congé   d’elle   vers   23h.00   pour   revenir   le   lendemain matin car nous sommes également invités à venir prendre le déjeuner. Nous logeons au modeste hôtel Sant Magi. Prix = 1650 PTS par personne.
Sant Pol de Mar. Il manque 45km jusqu'à Barcelone
Frédéric Ducommun sur la côte de Garraf
Avec Madame Places et son fils
20/06/1996 Cunit - Peniscola 170 km 650 m Départ 8:40 Arrivée 18:00
Àprès un déjeuner très copieux, Nous partons assez tard dans la direction de Tarragona, distante de 30 km. L’entrée de cette ville est très belle. Nous   ne   pouvons   malheureusement   en   dire   autant   de   l’autre   part   de   la   cité   car   elle   est   composée   uniquement   de   raffineries   et   d’industries chimiques. Nous nous arrêtons à Miami Platja pour le traditionnel bocadillo e l’aguas mineral. La température est déjà élevée. (plus de 30 degrés) Àprès le col de Collado Roca Bianca (190m), nous traversons le delta de l’Ebro dans les environs d’Amposta. Le vent contraire est intense. Nous passons par Vinarosa et Benicarlò pour arriver à Peniscola. Nous ne nous attendions pas à trouver une ville aussi pittoresque dont l’empreinte arabe ne passe pas inaperçue. Un   vaudois,   rencontré   par   hasard,   nous   conseille   de   dormir   à   l’hôtel   Jaime,   excellent   trois   étoiles   avec   l’air   conditionné,   la   télévision,   le   mini-bar, un grand balcon et la piscine. Nous mangeons un succulent repas, genre « nouvelle cuisine », dans la vieille ville. Hôtel JAIME = 3100 PTS par personne, déjeuner compris.
Le fleuve Ebre et la ville de Amposta.
Peniscola
21/06/1996 Peniscola - Alberic 185 km 550 m Départ 7:20 Arrivée 18:00
Dans   les   hôtels   espagnols,   il   est   pratiquement   impossible   de   pouvoir   déjeuner   ä   7h.00   du   matin.   Nous   devons   donc   nous   contenter   d’une   tasse de thé, de zwiebacks et d’une banane. Vraiment maigre pour des cyclistes qui passeront la journée sur leurs vélos ! Nous laissons Peniscola derrière nous avec des regrets, car ce fut probablement le plus bel endroit de notre voyage. Nous nous arrêtons après 20 kilomètres dans le premier bar ouvert pour compléter notre déjeuner. Nous poursuivons tranquillement notre route à travers les plantations d’orangers. Nous   faisons   une   halte   à   Saguento   après   avoir   franchi   le   col   de   La   Cuesta   (115m).   Nous   avons   parcouru   115km   et   nous   sommes   à   28km   de Valencia.   Nous   venons   en   effet   de   quitter   la   province   de   Castellon   de   la   Plana.   Nous   dégustons   notre   première   tortilla   con   papas   (pommes   de terre) et la trouvons vraiment bonne. Le mercure indique déjà 32 degrés à l’ombre. Valencia, nous voici ! Nous rencontrons moins de problèmes qu’à Barcelone car le trafic y est ici moins intense. Nous visitons le centre historique : magnifique ! La température aussi : 36 degrés ! Nous passons devant la gare et les arènes pour ensuite sortir de Valencia et continuer direction Alberic qui se trouve à 43 kilomètres. Nous quittons définitivement le bord de mer et nous ne reverrons cette dernière que lors du retour en Suisse. Une route ennuyeuse nous conduit à Alberic et nous avons la chance (sic !) de passer devant une prison à haute surveillance (même ici !). Ne   trouvant   pas   d’hôtel,   nous   nous   renseignons   auprès   de   la   population.   Réponse   :   il   n’existe   pas   d’hôtel   à   Alberic   !   Cependant   on   nous conseille de demander au bar au fond à droite et là peut-être, on pourra nous dépanner. La   gérante,   très   aimable   et   disponible,   n’est   pas   peu   fière   de   pouvoir   parler   en   français   (elle   a   vécu   10   ans   en   France)   et   demande   au   patron s’il est possible de pouvoir nous loger pour une nuit. Ce dernier nous propose un’habitaciòn à 100 mètres de là. Nous soupons dans le même bar. La gérante nous prépare même des spaghettis comme entrée. Je n’ai plus l’adresse et le coût de la chambre, mais je me souviens que nous avions payé environ 12 SFR par personne.
Valencia
Valencia
L'arène et la gare de chemin de fer de Valencia
22/06/1996 Alberic - Caravaca de la Cruz 180 km 1620 m Départ 7:05 Arrivée 17:00
Nous partons assez tôt après avoir pris notre déjeuner dans le même bar où nous avions soupé hier soir. A   la   sortie   de   Alberic,   nous   traversons   le   Rio   Jùcar   pour   grimper   immédiatement   le   col   Llosa   de   Ranes   (180m).   La   température   est   vraiment idéale à cette heure-là. Nous poursuivons entre la Sierra de Engurra et la Sierra Grossa, et malheureusement, le vent s’est déjà levé. Nous faisons une brève halte après 50 kilomètres. Nous   parcourons   encore   38km   et   nous   arrivons   à   Yecla   (606m).   Nous   mangeons   une   belle   tortilla   avant   d’affronter   le   Puerto   di   Jumilla   posté   à 800m. La montée n’est pas trop difficile, mais avec ce tonnerre de vent… Nous   passons   à   travers   des   vignobles   et   des   champs   de   blé   pour   atteindre   Jumilla.   Nouvelle   halte   car   nous   devons   nous   désaltérer   en continuation à cause de la chaleur torride. Nous   poursuivons   notre   voyage   dans   une   sorte   de   semi-désert   et   nous   rencontrons   de   temps   en   temps   une   voiture.   Nous   nous   sentons vraiment   seuls   sous   le   soleil   brûlant.   Nous   sommes   dans   la   zone   la   plus   aride   depuis   le   départ   et   l’herbe   est   brûlée.   Par   chance,   nous   allons vers   le   sud   et   le   vent   commence   enfin   à   nous   aider   et   comment   :   mon   compteur   kilométrique   indique   40   km/h.   C’est   la   première   (et   la dernière) fois que je mets le rapport le plus long (48X14). Nous   traversons   le   Rio   Segura   et   nous   arrivons   à   Calasparra   où   nous   pensons   pouvoir   dormir.   Cependant,   après   s’être   désaltérés   avec l’habituelle eau minérale, nous décidons de continuer. Nous transitons sur le col Collado de la Vereda (599m) et atteignons Caravaca de la Cruz. C’est sur ces 23 derniers kilomètres que nous voyons pour la première fois un panneau indiquant GRENADE 270 KM ! ! Àprès   la   douche,   nous   allons   visiter   la   remarquable   église   perchée   au   sommet   du   village.   En   effet,   Caravaca   est   un   lieu   très   connu   de pèlerinage et il paraît que sa croix porte bonheur. Nous logeons à l’hôtel CENTRAL, un bel établissement avec TV et air conditionné. 4800 PTS par personne avec petit déjeuner.
Nous entrons dans la province de Murcia
Entre Jumilla et Calasparra. La zone la plus aride. Dans le fond, la Cabeza del Asno
Caravaca de la Cruz et sa croix particulière
Caravaca de la Cruz
23/06/1996 Caravaca de la Cruz - Baza 130 km 1160 m Départ 8:55 Arrivée 16:30
Mais   où   se   cache   donc   le   sommelier   ?   On   nous   avait   assurés   que   nous   pouvions   déjeuner   à   8h.00   et   il   est   déjà   8h.30   et   personne   à   l’horizon. Son retard doit être du à la défaite de l’Espagne hier soir! Finalement, il arrive et nous partirons avec un peu de retard sur l’horaire prévu. La route grimpe immédiatement pour nous conduire au col de Mojante à 993m. Le paysage est aride et nous rencontrons peu de trafic. Nous devons rouler pendant 10 kilomètres sur la terre battue car la route est en pleine réfection. Nous   transitons   par   le   Puerto   di   Almaciles   (1100m)   et   nous   arrivons   à   Puebla   de   Don   Fadrique.   Nous   en   profitons   pour   se   rafraîchir   et   changer un rayon à la roue antérieure de Frédéric. Une   belle   descente   nous   amène   dans   une   plaine   perdue,   sans   âme   qui   vive   et   sur   une   ligne   droite   de   10   kilomètres.   Nous   sommes   dans   la Sierra de Jorquera. Nous arrivons à Huescar (953m). Nous avons parcouru 80km. Nouvelle halte pour l’habituelle eau minérale. Nous poursuivons en direction de Cùllar en passant par Galera sur un parcours très vallonné et parfois même en terre battue. À   Cùllar,   nous   faisons   une   belle   pause   dans   un   bar   a   tapas.   Nous   dégustons   des   artichauts   avec   du   jambon   crû,   un   vrai   délice.   Ne   parlons   du sol,   incroyable   !   Tout   est   jeté   à   terre   :   papier,   cigarettes,   noyaux   d’olive.   Ce   doit   être   la   coutume   ici,   mais   nous   les   Suisses,   nous   ne   sommes   pas habitués. Encore une vingtaine de kilomètres et nous arrivons à Baza. Cette fois, nous pouvons enfin nous reposer avant de souper. Avant   la   douche   et   l’habituelle   lessive,   je   dois   encore   démonter   mon   triple   plateau   car   le   mouvement   central   s’est   étrangement   dévissé.   La réparation est effectuée en 15 minutes. Nous logeons à l’hôtel VENTA DEL SOL avec télévision et air conditionné. Prix = 2150 PTS par personne, souper et déjeuner non compris.
Col de Mojante
A l'entrée de Puebla de Don Fadrique (1164m)
Puebla de Don Fadrique
24/06/1996 Baza - Granada 130 km 1260 m Départ 7:20 Arrivée 13:00
Nous y sommes ! Aujourd’hui, nous arrivons à Granada. Nous partons tôt et nous déjeunerons dans le premier bar ou restaurant ouvert. La   température   est   fraîche   car   nous   sommes   à   900m   d’altitude.   Nous   parcourons   environ   10   kilomètres   avant   de   trouver   un   bar   ouvert.   Nous   y buvons notre premier café depuis le départ de Losone. Ce n’est certainement pas le meilleur que nous ayons bu dans notre existence! Il   manque   100   kilomètres   à   Granada   et   nous   apercevons   au   loin   les   premières   cimes   enneigées   de   la   Sierra   Nevada.   C’est   un   spectacle fantastique ! Nous continuons direction Guadix et nous nous approchons toujours plus de la Sierra Nevada. Comme   elles   sont   étranges   ces   habitations   avec   la   piscine,   les   cheminées   dans   la   roche   et   les   antennes   de   télévision   au   sommet   des   rochers. C’est   incroyble   de   voir   la   partie   habitée   à   l’intérieur   de   la   montagne,   proprement   taillée   dans   la   pierre.   Probablement,   ce   mode   de   faire   assure une température agréable et constante durant toute l’année. Après Guadix, le paysage change radicalement. Nous pénétrons dans la zone montagneuse que je trouve personnellement la plus belle. Nous   franchissons   le   Puerto   de   la   Mora   à   1390m   per   ensuite   descendre   et   remonter   sur   le   Puerto   Lobo   à   1120m   situé   en   plein   milieu   de magnifiques arbres. Nous sommes dans la Sierra de la Yedra. Une   ultime   et   longue   descente   nous   porte   à   Granada.   Nous   arrivons   devant   l’hôtel   Macia,   dont   nous   avions   déjà   réservé   la   chambre   le   jour précédent, à 13h.00. Après   10   jours,   80   heures   de   selle   et   1855km,   ce   magnifique   voyage   est   pratiquement   terminé.   Il   ne   manque   plus   que   la   montée   à   la   Sierra Nevada ! Après   s’être   serré   la   main   en   signe   de   reconnaissance   réciproque,   nous   prenons   possession   de   notre   chambre.   L’hôtel   est   proprement   au   pied de l’Alhambra sur la Plaza Nueva. Magnifique ! Nous   prenons   une   douche   et   nous   nous   changeons.   Nous   nous   rendons   ensuite   à   l’Antigua   Bodega   Castaneda   en   suivant   les   conseils   donnés par «Le guide du Routard» pour y déguster le plat de jambon crû accompagné de fromage, le tout arrosé d’un excellent rosé. Le   reste   de   l’après-midi   est   dédié   à   la   visite   de   la   ville,   aux   traditionnelles   cartes   postales   et   le   rendez-vous   obligatoire   du   coiffeur   afin   de   raser cette nouvelle barbe vieille de 5 autres jours. En   parlant   avec   le   coiffeur   de   notre   intention   de   grimper   jusqu’au   PicoVeleta   le   lendemain,   notre   homme   se   montre   très   sceptique   quant   aux possibilités d’atteindre le sommet. En effet, l’hiver a été très rude et il a beaucoup neigé. Nous espérons que ses informations sont erronées. Nous   devons   aussi   penser   au   retour.   Il   y   a   déjà   quelques   jours   que   Frédéric   piaffe   d’impatience   !   L’ami   Fulvio   viendra-t-il   nous   récupérer   avec l’avion,   oui   ou   non   ?   Le   dernier   coup   de   téléphone   est   le   bon.   Si   le   temps   est   au   beau,   Fulvio   devrait   arriver   après-demain   dans   la   soirée.   Nous nous tenons les pouces. Si des problèmes surgissent, nous avons prévu de continuer sur Malaga pour ensuite prendre un vol de ligne jusqu’à Milan. Aux environ de 20h.30, nous faisons un succulent souper, entourés d’orangers avec en prime la splendide vue de l’Alhambra illuminé. Hôtel MACIA avec TV. Prix = 3900 PTS, déjeuner compris.
Maisons dans les rochers
À gauche, Guadix.
Près de Guadix. La Sierra Nevada est toujours plus proche
25/06/1996 Granada - Sierra Nevada 95 km 2400 m Départ 7:15 Arrivée 15:30
A cette heure, il n'est pas possible de déjeuner à l'hôtel. Nous le faisons donc dans le premier bar que nous trouvons ouvert à Granada. Un faux-plat de 9 kilomètres le long du fleuve Genil nous porte au pied de la vraie montée. Vu   l'heure,   la   température   est   idéale.   Nous   grimpons   lentement   et   régulièrement,   tout   en   cherchant   de   jouir   au   maximum   de   cette   dernière journée. Nous arrivons à 1300m et nous faisons une petite halte pour photographier le barrage de Canales. Nous   transitons   par   le   col   Publes   à   1470m   pour   s'arrêter   ensuite   à   l'hôtel   Nogal   pour   nous   désaltérer.   Le   gérant,   qui   est   français,   nous   confirme que nous ne pourrons pas atteindre le sommet à cause de la neige. Quelle désillusion ! Malgré   cette   triste   nouvelle,   nous   continuons   de   grimper.   Après   diverses   haltes   pour   immortaliser   ce   magnifique   panorama,   nous   arrivons   au carrefour   qui   va   à   Solynieve.   Nous   sommes   à   2075m.   Au   retour,   nous   passerons   près   du   site   qui   a   accueilli   les   championnats   du   monde   de   ski alpin 1996. Autre col à 2180m, celui de Las Sabinas. Le Pico Veleta est toujours plus près, mais aussi toujours plus enneigé. Nous   arrivons   au   col   collado   de   San   Francisco   à   2500m,   là   où   se   trouvent   les   dernières   habitations   et   les   premiers   amoncellements   de   neige. Pour le moment, la route est encore propre. Altitude 2750m, le temps d'une photo-souvenir et nous repartons sans trop d'espoir de pouvoir continuer encore longtemps. À   2800m,   nous   devons   mettre   pied   à   terre.   Un   amas   de   neige   bloque   la   route.   Pour   le   peu   de   voitures   qui   s'aventurent   jusque-là,   c'est   le terminus. Nous, avec nos vélos sur l'épaule, nous continuons. 100 mètres, nous retrouvons l'asphalte et nous nous remettons en selle. Àprès d'autres amas de neige et d'autres portions de route asphaltée, nous finissons par arriver à l'altitude de 3060m. Il n'est plus possible de continuer car la neige se fait de plus en plus dense. Nous   jetons   un   dernier   coup   d'oeil   à   ce   Pico   Veleta   qui   se   trouve   là   à   portée   de   main   et   que   nous   ne   pouvons   pas   atteindre   après   un   périple aussi long ! Ce sera pour la prochaine fois ! Nous devons nous vêtir chaudement pour la descente car le ciel s'est brusquement couvert et la température s'est rapidement abaissée. Nous traversons Solynieve, triste station de ski pour nous arrêter à nouveau à l'hôtel Nogal pour le dîner. À 15h.30, nous sommes de retour à Granada. Une douche rapide et nous allons déguster une bière bien méritée. Pour   tuer   le   temps   tout   en   attendant   l'ami   pilote   Fulvio,   nous   décidons   de   faire   un   tour   du   côté   de   la   cathédrale   quant   à   l'improviste,   nous   nous trouvons   nez-à-nez   avec   Carlo   Rondelli   de   Locarno,   ex-collègue   de   travail.   Que   fais-tu   ici   ?   Comment   es-tu   arrivé   ?,   etc..Le   monde   est   vraiment petit. Pour   nous   tranquilliser,   nous   téléphonons   à   l'aéroport   de   Granada   et,   en   effet,   un   avion   de   tourisme   suisse   est   annoncé   pour   les   19h.00   en provenance de Gerona. Fulvio se présente à 19h.30 à l'hôtel. Il est frais comme une rose. Devant   une   autre   bière,   nous   lui   raccontons   nos   péripéties   durant   ces   12   jours.   Le   voyage   en   avion   n'a   pas   non   plus   été   aussi   facile   que   ça   à cause du temps, surtout en survolant Barcelone sous une pluie diluvienne à 300 mètres d'altitude et en vol à vue. Nous espérons que le temps s'améliorera demain pour ne pas avoir ces problèmes.
26/06/1996 Alhambra et retour
Nous nous levons à 8h.00. La matinée est consacrée à la visite de l'Alhambra que nous atteignons à pied. Nous restons environ 3 heures dans ce magnifique palais. Les seigneurs de l'époque devaient vraiment mener une vie de nabab. Le palais a été sous la domination musulmane pendant 777 ans jusqu'au 2 janvier 1492 quand il passa en mains catholiques. À   12h.00   nous   retournons   à   l'hôtel   pour   y   prendre   nos   bagages.   Nous   rejoignons   l'aéroport   distant   de   20   km   à   bicyclette.   Nous   passons   sous un panneau indiquant Malaga 123km. Quelle envie de continuer ! Fulvio nous attend. Il a déjà commencé la procédure pour le vol de retour. A 13h.30, nous décollons de Granada. Nous pouvons apercevoir la Sierra Nevada sur notre droite. Le   vol   est   très   intéressant   à   environ   3500m   d'altitude.   Nous   survolons   les   deux   tiers   de   l'Espagne   au-dessus   des   routes   que   nous   avions parcouru à bicyclette. Nous survolons Valence, Peniscola, Tarragona, Perpignan, etc… Fulvio   avait   prévu   une   escale   à   Avignon   pour   faire   le   plein,   mais   vu   le   peu   d'essence   consumée,   il   nous   propose   de   poursuivre   directement jusqu'à Ascona. Peu   de   temps   après,   le   temps   se   détériore.   Les   Alpes   sont   couvertes   de   gros   nuages.   Les   prévisions   obtenues   via   radio   de   Lugano-Agno,   ne sont pas fameuses. La   tension   monte.   Nous   traversons   une   zone   pluvieuse   et   finalement   nous   atterrissons   à   Genève   sur   une   piste   naturelle   (herbe)   !   !   Il   est 19h.00. Le   temps   s'améliore.   Malheureusement,   l'aéroport   d'Ascona   ne   répond   plus.   Après   avoir   fait   le   plein,   nous   décollons   direction   Sion   où   nous arrivons à 20h.15. Une succulente fondue pour nous remettre de nos émotions et à environ 23h.00, nous allons nous coucher. Le   jour   suivant,   nous   décollons   de   Sion   à   9h.00.   Un   vol   tranquille   le   long   du   Valais.   Nous   survolons   le   Simplon   et   les   Centovalli   (à   la   hauteur   de la Rasa !). Nous atterrissons à Ascona à 9h.25 Mon   épouse   Betty   est   venue   me   chercher   à   l'aéroport,   mais   je   devrai   attendre   jusqu'à   midi   pour   pouvoir   embrasser   mon   fils   Dominique   car   il est à la piscine. Ce fut une expérience merveilleuse qui restera gravée à jamais dans nos coeurs.
Granada depuis l’Alhambra
La Cour des Lions
Peniscola vu de 3000 m
it