Bienvenue sur le site d’André Rudaz
Santiago de Compostela-Guimarães
Losone - Guimarães  05/05/09 - 23/05/09
km 180 160 160 120 145 160 165 110 155 140 145 130 130 105 100 155 120 130 110 2620
dénivélation 2645 790 970 2100 2400 1760 1370 1500 2610 1585 1140 575 1315 1680 1400 2190 1490 2870 1910 32’300
Introduction et considérations C’est   la   première   fois   que   je   me   suis   lancé   dans   une   aventure   aussi   difficile.   En   effet   je   n’ai   jamais   pédalé   plus   de   11   jours   consécutifs.   Cette fois j’en ai prévu presque le double ! En   outre,   ma   préparation   a   été   mise   en   difficulté   par   plusieurs   contretemps   à   partir   de   début   mars   :   sinusite,   bursite   et   bronchite.   Pour   ces raisons, j’ai dû reporter le départ au 05/05/2009, alors qu’il était fixé au 30/04/2009. J’étais tout de même satisfait de pouvoir partir avec 4200 km dans les jambes et presque 200 heures de selle ! Non   seulement   je   me   sentais   bien   préparé   physiquement,   mais   ma   "randonneuse   Cattin"   a   été   formidable   !   Pas   de   crevaison   durant   tout   le trajet et aucun problème mécanique malgré un paquetage de 12 kg répartis dans 3 sacoches. Par   respect   pour   les   pèlerins,   j’ai   voyagé   sur   le   «   Camino   Francés   »   à   partir   de   Puente   la   Reina   (près   de   Pampelune)   sur   des   routes goudronnées   (à   part   10   km   parcourus   sur   un   sentier).   En   effet,   j’avais   à   cœur   de   ne   pas   déranger   ces   marcheurs   pour   lesquels   j’ai   une   grande admiration. J’ai vu plusieurs groupes de cyclistes avec une voiture suiveuse, mais cette façon de voyager ne correspond pas à mon style! J’ai   aussi   remarqué   que   bien   des   taxis   font   des   affaires   en   voyageant   sur   les   routes   adjacentes   au   sentier   des   pèlerins….quand   on   en   peut plus…!! Un   merci   au   syndic   Corrado   Bianda   et   au   secrétaire   Silvano   Bay   de   la   commune   de   Losone   pour   leur   disponibilité   lors   du   timbrage   de   ma “Credential de peregrino”. Je n'oublie pas non plus Jocelyne pour son aide à la rédaction. M ardi 05 mai  Losone-Leytron 180km 2645m 7:30-19:00   accès diaporama 11 photos La   montée   du   col   du   Simplon   est   plutôt   laborieuse,   en   effet   le   vent   contraire   est   intense.   Les   murs   de   neige   au   sommet   sont,   pour   la   saison, impressionnants et la température est proche de 0°. Quelques jours auparavant le col était fermé suite au danger d’avalanches. À   15   :00   je   suis   à   Brigue.   Pour   atteindre   Leytron,   je   lutte   contre   le   vent   pendant   70   km.   C’est   sur   des   routes   secondaires,   en   grande   partie   le long du Rhône, que j’atteins finalement mon objectif. Là, un cycliste local, Pierre, me trouve une chambre. M ercredi 06 mai  Leytron-Frangy 160km 790m 8:45-16:30   accès diaporama 10 photos Après 2 km, je fais un arrêt important : Saillon, petit village médiéval avec ses bains thermaux. Je tenais à passer dans ce petit bourg parce que ma mère, originaire de ce village, repose avec mon père dans le cimetière communal. Henri Thurre, enfant du pays, m’attend à l’entrée du village. Après m’avoir fourni le maillot « Saillon », nous passons à la phase photos! Avant   de   repartir,   toujours   avec   Henri,   nous   allons   au   bureau   postal   pour   timbrer   la   «   Credential   de   peregrino   »   qui   me   permettra   d’obtenir,   à St Jacques, la « Compostela », mais il manque encore 2000 km !! Le   parcours   le   long   du   lac   Léman   passe   rapidement   grâce   à   la   compagnie   d’un   cyclo   Suisse   qui   se   prépare   pour   un   long   voyage   jusqu’en Ethiopie ! Sur   une   petite   route   secondaire,   évitant   ainsi   le   trafic,   je   rejoins   le   col   du   Mont   de   Sion.   Puis   presque   tout   en   descente,   j’arrive   à   Frangy,   dans le département de la Haute-Savoie. J eudi 07 mai Frangy-Sarras 160km 965m 7:00 15:40   accès diaporama 12 photos En   parcourant   à   peine   20   km   je   réussis   à   «   toucher   »   3   départements   :   Haute-Savoie,   Ain   et   Savoie.   La   première   partie   du   parcours   se   déroule sur la rive gauche du Rhône. À   Aoste   je   fais   une   pause.   J’échange   quelques   paroles   avec   une   cyclotouriste   qui   est   partie   de   Fribourg   (Suisse)   et   qui   se   rend   elle   aussi   à   St- Jacques, en VTT, en faisant des étapes de 50-70 km par jour. Je   laisse   le   Rhône   pour   entrer   dans   le   département   de   l’Isère   puis   de   la   Drôme   et   enfin   de   l’Ardêche   sur   un   parcours   plutôt   vallonné   en   passant par le col du Banquet. Je retrouve le Rhône à St Vallier. Je remarque que son volume a presque doublé ! Je le traverse et m’arrête définitivement à Sarras. V endredi 08 mai  Sarras-Le Puy-en-Velay 120km 2100m 7:00 17:00   accès diaporama 34 photos Le   ciel   n’est   plus   serein   comme   les   jours   précédents,   mais   la   température   est   idéale.   Aujourd’hui   m’attend   une   étape   comprenant   9   cols   avec une   quasi   inexistence   de   tronçons   plats.   Le   paysage   est   magnifique,   il   manque   uniquement   le   soleil.   J’entre   dans   le   département   de   la   Haute- Loire.   À   Montfaucon-en-Velay,   je   dois   m’arrêter   une   heure   pour   laisser   passer   un   orage.   À   Yssingeaux,   je   peux   enlever   le   poncho,   la   pluie   a cessé. La   ville   du   Puy-en-Velay   est   gracieuse,   avec   au   sommet   d’un   rocher   la   chapelle   de   Saint-Michel   d’Aiguilhe   (X-XII   siècle)   et   sa   cathédrale,   elle aussi   au   sommet   de   la   ville.   Par   sa   dimension,   la   statue   Notre-Dame   de   France   (1860)   domine   toute   la   ville.   Elle   a   une   hauteur   de   22,70   m   et pèse   835   tonnes.   Elle   a   été   créée   avec   le   métal   de   213   canons   russes   conquit   durant   la   guerre   de   Crimée.   C’est   Napoléon   III   qui   a   offert   les canons à la ville. Je   passe   ma   première   nuit   dans   un   refuge   pour   pèlerins.   L’ambiance   cosmopolite   est   sympathique.   Un   Frioulan   prépare   des   pâtes,   un   Allemand le   strudel,   2   Brésiliens   lavent   les   plats,   une   Suissesse   (Valaisanne)   enregistre   les   arrivées   des   pèlerins   et   un   Français   distribue   une   petite   feuille pour chanter ensemble une chanson du pèlerin. Je passe une nuit tranquille grâce aux tampons auriculaires ! S amedi 09 mai  Le Puy-en-Velay-Espalion 145km 2400m 6:45 17:15   accès diaporama 28 photos L’étape   la   plus   dure.   Non   par   la   dénivellation   (plus   importante   l’avant   dernier   jour),   mais   par   le   vent   qui   souffle   durant   toute   la   journée.   Cela sera l’unique jour où j’ai eu des doutes quant à la possibilité d’atteindre la destination journalière prévue ! Heureusement   le   paysage   est   splendide.   Routes   sans   trafic,   animaux   qui   broutent   en   toute   tranquillité,   fermes   dispersées   dans   la   nature,   prés en fleurs, aucune ville mais seulement des villages à traverser. Je quitte le département de la Haute-Loire pour entrer en Lozère après avoir franchi le Pas de l’Âne (1104 m). À   Nasbinals   je   pense   finalement   pouvoir   atteindre   le   but   prévu.   En   effet,   je   suis   à   35   km   d’Espalion   (340m),   mais   je   me   trouve   encore   à   1100 m   d’altitude.   La   descente   devrait   bien   arriver   à   un   certain   moment   !   J’entre   dans   le   département   de   l’Aveyron,   franchis   le   col   d’Aubrac   (1324 m) et enfin je commence la descente jusqu’à Espalion. Ouf ! Le soir, en contrôlant mon courrier électronique, je découvre les photos prises par Henri Thurre à Saillon ! D imanche 10 mai  Espalion-Montauban 160km 1760m 8:15 17:30   accès diaporama 29 photos À   9   km   d’Espalion,   je   peux   admirer   le   «   Trou   de   Bozouls   ».   C’est   un   cirque   naturel,   en   forme   de   fer   à   cheval,   d’un   diamètre   de   400   m   et   de   100 m de profondeur. Le tout creusé par la rivière Dourdou. Je m’arrête à Rodez pour visiter la cathédrale. Avant Rignac, une route secondaire sans trafic, me conduit à Villefranche-de-Rouergue, jolie petite ville sur l’Aveyron. Je   parcours   une   route   qui   ne   cesse   de   monter   et   descendre   et   j’entre   dans   le   département   du   Tarn   et   de   la   Garonne.   Je   traverse   Parisot, Caylus, Caussade et décide de poursuivre ma route jusqu’à Montauban. C’est dimanche, le centre ville est presque désert. L undi 11 mai  Montauban-Tarbes 165km 1370m 7:45 16:20   accès diaporama 20 photos Je traverse le canal du Midi à Montech. Ce canal relie la Méditerranée à l’Océan Atlantique et a été construit en 1681. Après   avoir   traversé   la   Garonne,   j’entre   dans   le   département   du   Gers.   À   Mauvezin,   je   prends   une   route   secondaire   pour   rejoindre   Auch.   Cette ville se trouve sur le chemin de St-Jacques-de-Compostelle (chemin de Arles). J’entre dans le département des Hautes-Pyrénées et depuis Rabastens-de-Bigorre, je rejoins Tarbes en suivant une ligne droite de 17 km. C’est le septième jour de voyage, j’ai parcouru 1090 km (155 km par jour). Demain j’attaquerai les Pyrénées. M ardi 12 mai  Tarbes-Osse-en-Aspe 110km 1500m 7:45 15:30   accès diaporama 26 photos Après   20   km,   j’atteins   Lourdes.   Je   visite   le   sanctuaire   et   je   profite   de   faire   timbrer   ma   carte.   La   visite   fait   réfléchir   :   en   voyant   tant   de souffrance, on ne peut qu'être touché dans son for intérieur. J’entre dans le département des Pyrénées-Atlantiques et à Lestelle-Bétharram, je peux admirer le sanctuaire de Notre-Dame de Bétharram. Un   tronçon   avec   plusieurs   montées   me   conduit   à   Louvie-Juzon.   Je   remonte   la   vallée   d’Ossau   jusqu’à   Bielle   pour   attaquer   le   col   de   Marie Blanque. Le début est plutôt raide. Ce sera le seul moment de tout mon voyage où j’aurai trop chaud ! À   partir   de   Escot,   je   suis   sur   la   route   qui   mène   au   col   de   Somport.   Je   m’arrête   à   Osse-en-Aspe.   Je   n’ai   pas   le   courage   d’attaquer   le   col   de Houratate.   D’une   part,   je   ne   me   suis   pas   suffisamment   alimenté   et   d’autre   part,   je   ne   sais   pas   où   je   pourrai   dormir.   En   effet,   la   station   de   ski de la Pierre St Martin est éloignée et probablement les hôtels seront fermés vu que la saison hivernale est terminée. M ercredi 13 mai  Osse-en-Aspe-Tiebas 155km 2610m 7:45 19:00   accès diaporama 46 photos Changement   de   temps,   la   route   qui   conduit   au   col   de   Houratate   (1109   m)   disparaît   dans   le   brouillard.   Les   pourcentages   sont   bien   présents   ! J’arrive au sommet mouillé par le brouillard. Pour le moment, je n’ai rencontré que deux ânes, mais aucun être humain, ni véhicules. Je   franchis   le   col   de   Bouesou   (1009   m)   et   le   col   de   Labays   (1351   m).   Je   rejoins   ainsi   la   route   principale   qui   conduit   à   la   station   de   ski   de   la Pierre St Martin. À   la   hauteur   du   Pas   de   Guillers   (1436   m),   je   sors   enfin   du   brouillard.   Je   franchis   le   col   du   Soudet   (1540   m)   pour   m’arrêter   à   la   station   de   ski. Effectivement, tout est fermé sauf un bar où je peux manger un sandwich. À   12   :30   je   suis   au   sommet   du   col   (1760   m)   de   la   Pierre   St   Martin   et,   surprise,   la   route   est   complètement   barrée   avec   des   blocs   en   ciment.   Elle est   fermée   suite   aux   travaux   effectués   sur   le   versant   espagnol.   Que   faire   ?   Une   jeep   monte   du   côté   espagnol.   Ce   sont   deux   gardes   en inspection,   lesquels   me   confirment   que   la   route   est   fermée.   Convaincus   par   mon   insistance,   ils   me   disent   que   les   ouvriers   mangent   de   13   :00   à 14   :00   et   que   je   pourrai   profiter   de   cette   pause   pour   passer.   Ils   m’aident   à   porter   ma   randonneuse   de   l’autre   côté   des   blocs   de   ciment   et   me photographient devant le panneau du col. Maintenant je suis en Espagne dans la province de Navarre. Après   avoir   franchi   le   portillo   de   Eraice   (1578   m),   j’arrive   dans   la   zone   des   travaux.   Effectivement,   les   ouvriers   sont   absents   et   la   route,   non goudronnée sur 200 m, ne me cause aucun problème. À   Burgui   je   prends   à   droite,   en   direction   du   Puerto   las   Corunas   (950   m).   À   la   Foz   de   Arbayún,   je   fais   une   halte.   La   gorge,   profonde   d’environ 400   m,   est   impressionnante.   On   peut   entendre   mille   rumeurs   provoquées   par   des   oiseaux   qui   sont   dans   leur   élément.   C’est   une   des importantes concentrations d’oiseaux rapaces du continent européen. Il y a des aigles, des éperviers, des faucons, des hiboux, etc. Après   avoir   gravi   encore   les   cols   de   Alto   de   Iso   (670   m)   et   Puerto   Loiti   (724   m),   j’arrive   enfin   à   Tiebas,   mort   de   fatigue   !   Pas   étonnant,   ce   fut une journée avec 12 cols ! Le   soir,   je   dors   au   “Refugio   municipal”.   Nous   sommes   seulement   deux,   moi-même   et   un   jeune   de   Barcelone   qui   parcourt   le   chemin   de Compostelle en VTT. Nous   allons   manger   ensemble   dans   un   bar   voisin   puis   je   vais   dormir.   Le   jeune,   par   contre,   reste   pour   regarder   la   finale   "Copa   del   Rey" Barcelone-Atletico Bilbao qui commence à 22 :00, trop tard pour moi !! J eudi 14 mai  Tiebas-Santo Domingo de la Calzada 140km 1585m 7:15 17:30   accès diaporama 40 photos Départ   sous   une   fine   pluie   !   Je   mets   mon   poncho   jusqu’à   Eunate   où   se   trouve   l’Ermita   de   Santa   Maria   di   Eunate,   édifice   construit   par   les “templiers”   au   XII°   siècle.   L’église   a   la   forme   octogonale   du   temple   de   Jérusalem.   Je   continue   quelques   kilomètres   et   m’arrête   à   Puente   la Reina pour manger. Pour sortir de la bourgade, je traverse le magnifique pont de Dona Mayor sur la rivière Arga. Maintenant   je   suis   sur   le   «   Camino   Francés   »   et   suis   impressionné   par   la   quantité   de   pèlerins.   Devant   moi   il   y   en   a   un   qui,   équipé   de   bretelles, tire   un   petit   chariot   tout   en   aluminium.   Intrigué   par   ce   matériel,   je   m’arrête   à   sa   hauteur   et,   avec   mon   maigre   vocabulaire   espagnol,   je   lui   pose quelques   questions.   Il   me   répond   en   portugais.   C’est   un   chauffeur   de   camion   à   la   retraite   qui   peut   enfin   réaliser   son   rêve,   voyager   !   Il   est   parti de   Grenoble   à   fin   mars.   En   apprenant   que   je   suis   Suisse,   il   me   montre,   sous   son   chariot,   une   plaquette   «   made   in   Switzerland   ».   Au   fil   de   la discussion,   il   me   dit   qu’il   vit   en   France   depuis   30   ans.   C’est   à   ce   moment   que   nous   découvrons   que   nous   parlons   les   deux   français   !!   Quand   je lui   explique   que   je   désire   poursuivre   mon   voyage   jusqu’au   Portugal,   il   m’apprend   que   je   passerai   près   de   son   village   d’origine.   Autre découverte, il a une fille mariée en Valais ! Je   traverse   Estella   en   passant   devant   la   “Iglesia   Santo-Sepulcro”   et   je   m’arrête   à   Los   Arcos   pour   boire   un   café   avec   un   pèlerin   cycliste   français qui est parti de Marseille. Un autre arrêt à Logroño, capitale de la Rioja, où je peux admirer la cathédrale et me ravitailler. À   Santo   Domingo   de   la   Calzada,   je   loge   dans   la   maison   du   «   peregrino   ».   Quel   luxe,   même   si   l’on   dort   dans   des   chambres   de   40   personnes,   on dirait   un   «   parador   »   (Le   terme   espagnol   Parador   désigne   une   catégorie   d'hôtellerie   de   luxe   fondée   par   le   roi   Alphonse   XIII   pour   promouvoir   le tourisme   en   Espagne   dès   1928.   Ces   établissements   trouvent   leur   place   dans   des   châteaux,   des   forteresses,   des   couvents,   des   monastères   et d'autres édifices historiques). La capacité est de 150 pèlerins, j’arrive en 139ème position, j’ai eu de la chance ! V endredi 15 mai  Santo Domingo de la Calzada-Fromista 145km 1135m 7:15 16:30   43 photos Il fait très froid. Je dois partir avec les gants et le maillot à longues manches. J’entre   dans   la   région   «   Castilla   y   Léon   »   et   plus   précisément   dans   la   province   de   Burgos,   pays   du   «   El   Cid   ».   À   Belorado,   je   vois   des   cigognes sur   un   clocher.   En   vitesse   je   fais   une   photo   pour   ne   pas   perdre   cet   événement   !   Je   me   rendrai   compte,   plus   tard,   qu’il   sera   plus   difficile   de photographier un clocher sans cigognes ! Dans la montée du Puerto della Pedraja (1150 m), j’aperçois de temps en temps, entre les genêts, des pèlerins sur leur sentier. J’arrive   à   Burgos   en   passant   la   “Puerta   de   Santa   María”   qui   conduit   à   la   cathédrale.   Et   quelle   cathédrale   !   Probablement   la   plus   belle   et   riche vue jusqu’à présent ! La température est plus douce. Je traverse des champs de couleur très verte surtout dans la région de Castrojeriz. Maintenant   je   me   trouve   au   pied   d’une   des   nombreuses   montagnes   couvertes   d’éoliennes   qui   profitent   du   vent.   J’en   ressens   d’ailleurs   aussi   les effets, cela fait un moment que je lutte contre ! En plus, le revêtement rugueux me donne l’impression de coller à la route ! Un panneau : Santiago di Compostela 497 km ! J’entre dans la province de Palencia. À l’entrée de Fromista, je découvre le “Canal de Castilla” long de 207 km. Sa réalisation a commencé en 1763 et a duré presque un siècle ! S amedi 16 mai  Fromista-Léon 130km 575m 6:30 13:30   accès diaporama 29 photos Aujourd’hui   je   dois   atteindre   Léon   le   plus   rapidement   possible   pour   éviter   le   fameux   vent   de   la   Castille.   Toutefois,   je   ne   pourrai   pas   partir   avant 6   :30   à   cause   de   l’obscurité.   Il   y   a   un   décalage   du   lever   du   jour   par   rapport   à   la   Suisse.   Hier   soir,   lorsque   j’ai   demandé   à   l’hôtelier   s’il   était possible   de   me   servir   le   petit-déjeuner   à   6   :00,   j’ai   compris   que   pareille   requête   était   très   rare   en   Espagne   !   Malgré   l’heure   matinale,   il   y   a   déjà plusieurs pèlerins qui marchent sur le sentier qui longe la route. Je   traverse   Carrion   de   los   Condes   et   à   la   sortie   je   peux   admirer   la   façade   du   monastère   de   San   Zoilo.   Ensuite,   j’entre   dans   la   province   de   Léon et rejoins Sahagun en passant sous l’ « Arco de San Benito ». Le   vent   est   encore   supportable,   mais   il   augmente   constamment.   Heureusement,   à   un   moment   donné,   je   change   de   direction   et   il   devient   tout- à-coup mon allié ! La   ville   de   Léon   me   plait.   Les   grands   vitraux   colorés   de   la   cathédrale   sont   de   toute   beauté.   La   lumière   à   l’intérieur   est   très   particulière.   Par contre, j’ai été plus impressionné par la cathédrale de Burgos qui est plus imposante et plus riche. La basilique de San Isidoro, construite en 1023, mérite aussi une visite. Après l’appel quotidien à la maison depuis une cabine téléphonique, je retourne à l’hôtel, un magnifique trois étoiles, pour enfin me reposer. Dans trois jours je serai déjà à St-Jacques, comme le temps passe vite ! D imanche 17 mai  Léon-Villafranca del Bierzo 130km 1315m 7:30 16:30   accès diaporama 50 photos Je   sors   de   la   ville   sans   aucun   problème   et   atteins   Astorga.   Cette   petite   ville   de   12'000   habitants   possède   un   édifice   conçu   par   Antoni   Gaudí dans   un   style   néo-gothique.   Il   s’agit   du   «   Palacio   Episcopal   »,   transformé   en   «   Museo   de   los   Caminos   »   qui   conserve   des   manuscrits, documents, peintures et statues se référant aux pèlerinages de St-Jacques-de-Compostelle. L’instinct   me   pousse   à   entrer   dans   le   village   de   Castrillo   de   los   Polvazares   (80   habitants   !)   qui   se   trouve   légèrement   en   dehors   de   la   route principale.   Quelle   beauté,   vraiment   une   surprise   pour   moi.   Toutes   les   maisons,   très   basses,   ainsi   que   le   sol   sont   de   couleur   brique.   Dans   pareil décor, heureusement que la circulation des véhicules à moteur n’est permise qu’aux habitants ! Je traverse El Ganso, Rabanal del Camino et Foncebadón où je m’arrête pour manger. Je   suis   dans   les   «   Montes   de   Léon   »   sur   le   Puerto   de   Foncebadón   (1500   m)   où   se   trouve   la   «   Cruz   de   Hierro   »   au   pied   de   laquelle   chaque pèlerin dépose un caillou amené de son pays. Dans mon cas je l’appellerai « petit caillou » provenant de Losone ! J’arrive   à   Ponteferrada   où   je   pensais   passer   la   nuit,   mais   la   ville   ne   me   plaît   pas   particulièrement.   Je   poursuis   donc   ma   route   jusqu’à   Villafranca del Bierzo où je trouve une place dans le refuge pour pèlerins. Je   fais   le   connaissance   d’un   Français   qui   parcourt   le   chemin   par   profession,   c’est-à-dire   qu’il   a   crée   une   association   dans   le   but   d’aider   des personnes en difficultés de vie en les accompagnant sur ce chemin. En ce moment il est avec un jeune qui vient de sortir de prison. Avant   de   servir   le   repas,   le   maître   du   refuge   nous   invite   à   nous   donner   la   main   formant   ainsi   une   chaîne.   Il   se   place   également   dans   la   chaîne et récite une petite prière. Malgré mes convictions sur la religion, je m’adapte par respect du groupe. L undi 18 mai  Villafranca del Bierzo-Portomarin 105km 1680m 7:30 15:40   accès diaporama 27 photos Quel   “fricasse”*   !   Après   10   km,   dans   la   montée   à   Puerto   de   Pedrafita   (1109   m),   je   m’arrête   dans   un   bar   pour   me   réchauffer   et   mettre   les couvre-chaussures.   J’observe   une   jeune   "cyclotte"   hollandaise   qui   monte   sans   être   équipée   pour   cette   température,   elle   est   transie   de   froid.   Au sommet du Puerto de Pedrafita, j’entre en Galice dans la province de Lugo. La plupart de ces petits villages, comme Manjarín, Acebo et bien d’autres, ont repris vie grâce au passage des pèlerins. Le paysage qui conduit au Puerto El Povo (1337 m) est magnifique. Je me trouve dans la “Cordillera Cantábrica”. Je   timbre   la   “Credential   de   peregrino”   dans   le   monastère   de   Samos.   C’est   impressionnant   de   voir   une   construction   si   imposante   pour   un   village aussi petit (2050 habitants !) Je   traverse   Sarria   et,   sur   environ   10   km,   j’emprunte   pour   la   première   fois   le   sentier   des   pèlerins   en   cherchant   à   les   respecter   au   maximum.   Je passe devant un magnifique arbre séculaire. Je retrouve la route goudronnée près de Belante. Je   découvre   le   village   moderne   de   Portomarin   sur   le   "Monte   Cristo",   l'ancien   village   ayant   été   anglouti   par   les   eaux   du   barrage   Belessar, construit   en   1962   sur   le   fleuve   Miño.   Seuls   quelques   importants   édifices,   dont   l’église   de   «   San   Nicola   »,   ont   été   déplacés   pierre   par   pierre dans   le   nouveau   village.   Sur   le   côté   droit   de   l'église   l'on   peut   encore   voir   des   pierres   comportant   un   numéro   gravé   lors   du   «   démontage   »   afin de permettre une fidèle reconstruction *Expression suisse pour dire qu’il fait très froid ! M ardi 19 mai  Portomarin-Santiago de Compostela 100km 1400m 7:30 13:30   accès diaporama 29 photos Ce   n’est   qu’une   heure   après   mon   départ   que   le   brouillard   va   se   dissiper.   Je   dépasse   beaucoup   de   pèlerins   à   pied.   J’évalue   qu’ils   doivent   peut- être encore marcher 3-4 jours pour atteindre St-Jacques. Je   traverse   Palas   de   Rei   pour   entrer   ensuite   dans   la   province   de   La   Coruña.   Je   poursuis   ma   route   en   direction   de   Melide   et   Arzúa   dans   une succession de montées et descentes. Je timbre ma « Credential » à l’hôtel Suiza de Arzúa! J’arrive   près   de   l’aéroport   de   St-Jacques   depuis   lequel   je   peux   deviner,   dans   le   lointain,   la   ville.   L’approche   est   ennuyeuse,   il   me   semble   ne jamais y arriver. Cela doit être pire pour ceux qui vont à pied ! Finalement,   j’atteins   l’imposante   place   de   la   cathédrale.   Cela   me   fait   un   drôle   d’effet,   je   suis   dans   un   anonymat   total   parmi   de   nombreux touristes. Je   prends   plusieurs   photos,   puis   j’entre   dans   la   cathédrale   pour   un   bref   et   intense   moment.   Ensuite,   je   fais   la   colonne   pour   obtenir   la   « Compostela ». Cela me permet de discuter avec d’autres pèlerins. Ce sont des Canadiens et ils ont parcouru la via del Norte. Je trouve un hôtel en dehors du centre historique. Je retourne à la cathédrale pour la visiter avec calme et ensuite déambule dans le centre. Je   suis   content   que   mon   voyage   ne   se   termine   pas   ici.   Le   contraste   serait   trop   fort   d’affronter   tout   de   suite   le   retour   après   tous   ces   jours passés en contact avec la nature et les pèlerins. Je mange dans un « tapas ». Ensuite je téléphone chez moi et envoie quelques e-mail depuis un « Internet Point » bondé. M ercredi 20 mai  Santiago de Compostela-Capo Finisterre-Muros 155km 2190m 6:45 18:15 39 photos A   nouveau   le   brouillard,   cette   fois   il   est   plus   dense   que   les   jours   précédents.   Peut-être   parce   que   je   me   trouve   plus   près   de   l’Océan   !   Il   se dissipe à Negreira. À   Cée,   à   18   km   du   cap   Finisterre,   je   m’arrête   près   d’un   camper   avec   plaques   suisses   TI   (Ticino   ou   Tessin   en   français).   Je   demande   aux voyageurs   d’où   ils   viennent   :   Rancate,   c’est   un   couple   dont   le   mari   est   originaire   de   la   Neuville   (pas   très   loin   d’où   j’ai   vécu   pendant   20   ans).   Sa femme vient d’Isérables, près de Saillon, pays d’origine de ma mère. Il est clair que la conversation se poursuit en français ! De   temps   en   temps,   j’observe   des   bornes   sur   le   bord   de   la   route.   Elles   ont   une   plaquette   indiquant   les   km   restant   pour   atteindre   le   cap   avec une précision au cm ! Le cap Finisterre (fin de la terre) représente le km zéro pour les pèlerins ! Je   prends   les   traditionnelles   photos   :   le   soulier   en   bronze,   qui   semble   vrai,   quelques   habits   brûlés   par   divers   pèlerins   comme   le   veut   la tradition, la croix en pierre, mais surtout le magnifique paysage. Pour   jouir   pleinement   du   paysage,   j’emprunte   une   petite   route   goudronnée   avec   une   terrible   pente,   ainsi   je   peux   admirer   le   village   de   Fisterra à 3-4 km. Je   poursuis   ma   route   en   direction   de   Muros   avec   un   arrêt   à   Èzaro.   Depuis   son   «   mirador   »,   on   peut   observer   le   barrage   sur   le   fleuve   Xallas   et l’entrée de ce dernier dans l’Océan. J eudi 21 mai  Muros-Puentecaldelas 120km 1490m 7:45 15:45   accès diaporama 17 photos Je   suis   sur   les   routes   de   «   Ria   de   Muros   y   Noia   ».   C’est   la   marée   basse   et   je   peux   observer   de   grandes   plages   de   sable.   Je   traverse   le   fleuve Tambre avant Noia. Je franchis la Sierra de Barbanza pour ensuite descendre en direction de Taragona. Aujourd’hui   c’est   une   mauvaise   journée.   Je   n’arrive   pas   à   trouver   la   motivation   malgré   un   paysage   intéressant.   Peut-être   est-ce   dû   au   fait   que j’ai déjà atteint les deux objectifs principaux (St-Jacques et cap Finisterre) ? Je pédale pour pédaler. Cette   fois   je   suis   dans   le   «   Ria   de   Arousa   »   et   je   traverse   le   fleuve   Ulla   qui   marque   la   frontière   entre   les   provinces   de   La   Coruña   et   Pontevedra. Je me trouve à 30 km de St-Jacques ! Je m’arrête à Carril pour manger. La traversée de Vilagarcia est très pénible à cause du trafic intense. J’arrive à Pontevedra où je fais un autre arrêt pour me renseigner sur les possibilités de dormir à Puentecaldelas. Demain, j’espère que la journée sera meilleure ! V endredi 22 mai  Puentecaldelas-Lobios 130km 2870m 7:00 17:30   accès diaporama 52 photos Encore   un   départ   dans   le   brouillard,   mais   cette   fois   le   plafond   est   plus   haut.   Je   traverse   la   Sierra   del   Suido   avec   un   trafic   pratiquement inexistant. À l’entrée de Maceira, heureusement en légère descente, je dois m’éloigner rapidement de deux chiens plutôt agressifs ! J’attaque le Puerto de Moncelos (800 m) au milieu de magnifiques genêts. Le brouillard a disparu, mais le ciel reste couvert. Une longue descente me conduit jusqu’au fleuve Miño qui fait la frontière entre l’Espagne et le Portugal. La crise morale du jour précédent a disparu et je pédale à nouveau avec une grande motivation. J’entre   dans   la   «   Serra   Peneda   »   qui   se   trouve   dans   le   «   Parque   National   da   Peneda-Gerês   »   et,   comme   par   enchantement   le   ciel   devient   bleu. Malgré l’état de la route et la forte pente qui me conduit à la « Portela do Lagarto » (975 m), je réussis à apprécier ce moment. Il y a d’énormes blocs de rocher couleur noir-gris, en équilibre précaire, qui ressemblent à des formes animales ou humaines. Je m’arrête à Peneda pour visiter le sanctuaire avec son magnifique escalier. À   Rouças,   je   peux   admirer   de   nombreux   murs   en   pierres   qui   délimitent   les   terrains.   A   la   sortie   du   village,   une   dure   montée   que   je   n’avais   pas prévue m’attend. Je pensais qu’il ne me restait que de la descente jusqu’au fleuve Lima ! Après   avoir   traversé   le   barrage   sur   le   fleuve   Lima,   j’entre   à   Lindoso   pour   admirer   les   «   espigueiros   »,   disposés   sur   une   plateforme   rocheuse   au pied   du   château.   Ces   greniers,   environ   60,   forment   un   extraordinaire   spectacle.   Ils   ressemblent   à   un   cimetière   de   petits   édifices   en   ciment, posés   sur   des   échasses   et   coiffés   dans   la   plupart   des   cas,   de   une   ou   deux   croix.   L’exécution,   très   soignée,   remonte   au   XVIII   et   XIX°   siècles.   Ils sont encore utilisés pour la conservation et le séchage du maïs. Je   décide   de   dormir   en   Espagne   et   je   poursuis   ma   route   jusqu’à   Lobios   dans   la   province   de   Ourense   «   touchant   »   ainsi   toutes   les   provinces   de la Galice. Aujourd’hui, ce fut une magnifique étape malgré une importante dénivellation ! Demain, dernière journée ! S amedi 23 mai  Lobios-Guimarães 110km 1910m 8:15 17:30   accès diaporama 48 photos Départ   pour   la   Portela   do   Homem   (750   m)   qui   marque   la   frontière   entre   l’Espagne   et   le   Portugal.   La   Serra   do   Gerês   fait   toujours   partie   du “Parque   Nacional   da   Peneda-Gerês”.   La   seule   rencontre   que   je   ferai   durant   la   montée   est   un   petit   serpent.   Par   prudence   (mais   surtout   par peur) j’utilise le zoom pour le photographier ! J’entre   à   nouveau   au   Portugal   et   poursuis   ma   route   en   direction   de   la   Portela   del   Leonte   (855   m)   au   milieu   d’une   magnifique   forêt.   Ce   parc national est vraiment splendide ! En descente, j’arrive à Gerês avec ses bains thermaux, puis toujours en descente je me retrouve au bord d’un lac artificiel sur le fleuve Cávado. Une longue montée, à la pente agréable, me permet d’observer le lac. À la bifurcation de la N103 je fais un aller-retour jusqu’à Vieira do Minho, village d’origine d’une connaissance. Avant    Braga    je    monte    au    sanctuaire    de    Bom    Jesus    où    une    magnifique    vue    sur    Braga    récompense    mon    effort.    Un    gigantesque    et impressionnant escalier baroque mène jusqu’à l’église. Les jardins devant l’entrée sont très bien entretenus. Je   m’arrête   à   Braga,   (174'000   habitants)   pour   visiter   le   centre   historique   et   timbrer   à   la   cathédrale,   pour   la   dernière   fois,   la   “Credencial   de peregrino”. Encore   25   km   et   j’arriverai   au   terme   de   mon   périple   :   Guimarães   (160'000   habitants).   J’avais   décidé   de   finir   mon   voyage   dans   cette   ville   qui   est le   lieu   d’origine   d’une   connaissance   de   Locarno.   À   noter   aussi   un   fait   historique,   c’est   dans   cette   cité   qu’a   été   proclamé   le   premier   Roi   du Portugal : Alfonso Henriques, en 1139. Retour J’avais   planifié   le   retour   avec   un   bus   qui   relie   la   Galice   à   la   Suisse   trois   fois   par   semaine   (le   mardi,   le   jeudi   et   le   samedi)   avec   quatre   arrêts   : Genève, Lausanne, Bâle et Zürich. Le sort en a décidé autrement ! En   effet   l’ami   Federico,   lequel   est   toujours   disponible,   décide   avec   son   épouse   de   faire   le   voyage   jusqu’au   Portugal.   Nous   nous   retrouvons   donc à Guimarães et décidons de visiter d’autres villes : Porto, Fatima et Lisbonne. Le retour se fait en deux étapes avec une nuit à Pau. Un grand merci à Fede et Mara pour m’avoir permis d’effectuer un beau retour en bonne et sympathique compagnie.
Click sur le point rouge sur la carte pour accéder au récit/diaporama correspondant
it