Bienvenue sur le site d’André Rudaz
Cyclotourisme/Palermo
Losone - Palermo 14-06-2001  -  27-06-2001
Distance 170 216 122 165 159 197 130 153 207 143 134 101 56 200 2153
dénivélation 330 900 1845 1520 1810 590 1225 1800 1300 1950 1405 765 485 505 16430
L'idée   de   ce   voyage   est   à   attribuer   à   Pietro   Angeloni   de   Golino   qui   désirait fêter dignement ses 50 ans. J'ai   été   chargé   de   préparer   un   parcours   qui   nous   satisfasse   les   trois. Comment   les   trois   ?   Mais   oui,   il   y   a   Frédéric   Ducommun   surnommé "Giulli"   ,   qui   ne   pouvait   manquer   ce   périple.   Il   est   toujours   partant   pour ce type d'aventure (voir Losone-Grenade en 1996). Au   départ,   nous   avions   3500   km   dans   les   jambes   et   environ   150   heures de selle. Durant   tout   le   voyage,   nous   n'avons   pas   eu   de   panne   grave   si   ce   n'est   3 crevaisons   (2   pour   Giulli   et   une   pour   moi,   à   60   km   de   mon   domicile   au retour   !)   et   un   rayon   cassé   sur   la   roue   postérieure   de   Pietro,   rayon   que   nous   avons   tout   de   suite   remplacé   sans   problèmes,   vu   que   c'était   du côté opposé à la roue libre. Le   temps   a   toujours   été   clément,   sans   pluie.   La   température   jusqu'en   Calabre   a   été   plutôt   fraîche   et   le   vent   généralement   en   notre   faveur.   Le manque   de   soleil   et   une   légère   brume   ont   un   peu   pénalisé   la   qualité   des   photos   (en   particulier   sur   la   côte   Amalfitana),   mais   on   ne   peut   pas tout avoir! Plus   nous   nous   dirigions   au   sud,   plus   le   trafic   devenait   chaotique.   Les   bords   de   routes   étaient   moins   propres,   mais   les   prix   plus   abordables   et les gens plus chaleureux. Cela se confirmait, on ne peut pas tout avoir! N.B. Un grand merci à Jocelyne pour l'aide en français!!
14/06/2001 Losone - Stradella 170 km 330 m Départ 11:50 Arrivée 20:30
Jeudi   14   juin,   jour   de   Corpus   Domini,   rendez-vous   devant   le   Restaurant   Belvedere.   Cit   Tonascia   et   Vito   Buzzini   sont   venus   nous   souhaiter   bon voyage. Par sécurité, nous avons décidé d'avancer le départ d'une demi-journée, car le bateau Palerme - Gênes est réservé pour le mardi 26 juin. L'heure insolite du départ est due au bac Intra - Laveno de 14:30. Incroyable,   comme   le   paysage   est   changé   dans   les   environs   de   la   Malpensa   (nouvel   aéroport   de   Milan).   Par   rapport   à   il   y   a   quelques   années, nous découvrons une semi-autoroute en construction, des giratoires et un bruit assourdissant causé par les avions ! A   Turbino,   un   cycliste   nous   indique   la   piste   cyclable   du   parc   Ticino.   Quelle   belle   surprise   !   Comme   c'est   relaxant   de   parcourir   la   rive   du   Naviglio Grande. Après   Abbiategrasso   nous   reprenons   la   route   normale.   Nous   atteignons   Pavia   où   nous   pouvons   admirer   le   château   Visconteo   et   le   pont   couvert édifié en 1351 comme défense fortifiée. Il a dû être reconstruit après les bombardements de la deuxième guerre mondiale. Nous   décidons   de   rouler   encore   environ   une   heure.   Nous   franchissons   le   pont   de   la   Becca   (1040   m   de   long).   Ce   dernier   passe   au-dessus   de   la confluence des fleuves Ticino et Po. A 20:30, nous arrivons à Stradella, site connu pour ses accordéons et son musée inauguré en 1999. Nous logeons à l'hôtel Flamingo pour 80'000 Lires par personne (1000 L = 0,80 FrS), dîner et petit déjeuner compris.
Ferry entre Intra et Laveno (Lac Majeur)
Naviglio Grande à Turbigo
Naviglio Grande
Naviglio Grande
Pavia, château Visconteo
Pavia, ponte Vecchio
Du pont de la Becca, confluence des fleuves Ticino (a gauche) et Po
15/06/2001 Stradella - Loiano 216 km 900 m Départ 7:15 Arrivée 19:25
Après un frugal petit déjeuner, nous affrontons cette longue étape le long de la Via Emilia. À Piacenza, nous admirons la palais Gotique et le Dôme. Nous   poursuivons,   via   Fidenza,   jusqu'à   Parme   où   nous   arrivons   à   11:30.   Une   pause   méritée   sur   la   place   Garibaldi   où   nous   dégustons naturellement un excellent jambon de Parme! Avec   notre   rythme   de   croisière   (environ   25   km/h),   nous   arrivons   à   Modena   où   nous   faisons   un   bref   arrêt   juste   devant   la   cathédrale   de   San Geminiano. On poursuit en direction de Bologne. Le trafic est encore supportable et la température idéale pour la saison. À   16:00,   nous   entrons   dans   Bologne.   Nous   arrivons   facilement   à   la   Piazza   Maggiore   où   se   trouve   la   Fontana   di   Nettuno   du   XVI   siècle,   avec   ses sculptures en bronze, et la tour degli Asinelli construite au XII siècle. Qu'ils sont durs les premiers kilomètres de montée après tout le plat que nous avons fait ! En effet, nous affrontons la route qui conduit au col de Raticosa avec des passages à 15%. Le changement de rythme est considérable ! Après   Zula,   la   montée   se   fait   moins   rude.   La   diminution   du   trafic   et   la   vue   sur   la   campagne   avoisinante   rendent   plaisants   les   derniers   coups   de pédales de la journée. Après plus de 12 heures de voyage, nous nous arrêtons à Loiano. Nous dormons à l'hôtel Pineta pour 83'000 Lires par personne, dîner compris.
Piacenza
Modena
Bologna, Piazza Maggiore
Bologna, Fontana Nettuno
Près de Loiano
16/06/2001 Loiano - Castellina in Chianti 122 km 1845 m Départ 7:05 Arrivée 19:00
Nous partons relativement vite sans prendre le petit déjeuner. La température est très fraîche. Nous   montons   légèrement   jusqu'à   Monghidoro   (village   de   Gianni   Morandi).   Sur   une   colline   voisine,   nous   observons   une   série   d'hélices   pour générer de l'électricité. Nous   sommes   sur   la   route   des   Mille   Miglia,   course   automobile   très   connue.   Pendant   30   ans,   de   1927   à   1957,   (excepté   durant   la   guerre)   chaque année elle passionnait des millions de personnes. Après une petite descente, nous attaquons les dernières rampes du col Raticosa. Le froid ne nous permet pas de trop s'arrêter pour admirer la vue magnifique. Enfin,   à   Pietramala,   nous   prenons   le   petit   déjeuner.   En   entendant   l'accent   de   la   sommelière,   on   ne   peut   pas   se   tromper,   nous   sommes   en Toscane. La   montée   du   col   de   la   Futa   est   moins   dure   que   le   col   précédent.   Au   sommet   il   y   a   un   cimetière   militaire   allemand.   Une   plaque   commémorative évoque   Gastone   Nencini,   vainqueur   d'un   tour   d'Italie   (1957)   et   d'un   tour   de   France   (1960).   C'était   un   natif   de   Barberino,   village   situé   juste   au pied du col. Nous   sommes   à   40   km   de   Firenze.   Une   rapide   descente,   interrompue   d'un   bref   tronçon   de   montée,   nous   conduit   au   lac   de   Bilancino,   lac artificiel créé en 1998. Une dernière montée nous mène à Pratolino, puis les derniers 13 km, tout en descente, nous permettent d'admirer Firenze d'en haut! À 12:00, nous entrons dans la ville et nous nous dirigeons en direction du dôme. Ensuite nous visitons la Piazza della Signoria. Puis   nous   arrivons   près   du   Ponte   Vecchio,   le   plus   antique   des   ponts   de   Firenze   qui   traverse   l'Arno   à   l'endroit   le   plus   étroit.   Le   pont   remonte   aux temps des Romains et fut reconstruit plusieurs fois. Après les inondations de 1333, il a été refait avec une double file de petits magasins. De   la   place   Michelangelo,   nous   jouissons   d'un   des   plus   beaux   panoramas   urbains   du   monde:   avec   un   seul   regard   nous   pouvons   admirer   le coeur de Firenze. Le nom de la place dérive de la grande statue en bronze, copie du célèbre David. Une montée d'environ 10 km nous conduit à San Casciano in Val di Pesa, le thermomètre indique 33 degrés. Après   8   km   de   descente,   nous   remontons   en   direction   de   Castellina   in   Chianti   en   passant   par   Sambuca   et   San   Donato   où   nous   nous   arrêtons, la soif se fait sentir! Nous continuons dans un paysage magnifique entre vignes et oliviers. Avant le repas du soir, nous visitons le gracieux village de Castellina in Chianti. Quelle journée intense! Vu   les   difficultés   rencontrées   aujourd'hui,   d'un   commun   accord,   nous   décidons   de   partir   le   lendemain   vers   6:00,   nous   aurons   plus   de   160   km   à parcourir! Nous dormons à l'hôtel Girasole pour 77'000 Lires par personne sans dîner et petit déjeuner.
Passo della Raticosa
Passo della Raticosa versant sud
Dôme de Firenze
Firenze, piazza della Signoria
Firenze, Ponte Vecchio
Firenze vu depuis le Piazzale Michelangelo
Vignes et oliviers (entre S. Donato e Castellina)
Castellina in Chianti
17/06/2001 Castellina in Chianti - Viterbo 165 km 1520 m Départ 6:00 Arrivée 16:50
Comme décidé hier soir, nous partons tôt sans prendre le petit déjeuner. Nous appréhendons cette étape, vu la peine que nous avons eu hier. Nous commençons avec une descente d'environ 15 km pour remonter en direction de Siena. À   7:00,   nous   sommes   sur   la   place   del   Campo.   Sa   forme   est   très   originale.   Toute   la   place   converge   vers   le   palazzo   Pubblico,   qui   est   l'élément principal ; la torre del Mangia est encore dans l'ombre. La voirie devrait faire son travail de nettoyage, mais aujourd'hui c'est dimanche ! Ensuite, nous nous déplaçons sur la place du Dôme. Ce dernier est moins imposant que celui de Firenze, mais il est d'une grande beauté. Nous trouvons un bar ouvert et nous profitons de prendre le petit déjeuner. Puis   nous   poursuivons   notre   route   sur   la   via   Cassia.   Après   44   km,   au   milieu   de   belles   collines,   nous   montons   jusqu'au   gracieux   village   de   S. Quirico d'Orcia. Avant le tunnel de Radicofani, Pietro casse un rayon. Voilà une petit halte imposée pour le remplacer. À ponte del Rigo, nous nous arrêtons pour manger un sandwich et surtout pour nous désaltérer. Une   belle   montée   nous   conduit   à   Acquapendente,   nous   sommes   sur   la   Via   Francigena.   La   route   monte   encore   légèrement   jusqu'à   S.   Lorenzo avant de redescendre vers le lac de Bolsena. Ce   lac,   avec   ses   43   km   de   périmètre,   est   le   plus   grand   du   Lazio   et   le   cinquième   d'Italie.   En   plus,   il   est   le   plus   grand   lac   formé   à   l'intérieur   d'un cratère de volcan éteint. Le village de Bolsena est médiéval. Nous   remontons   en   direction   de   Montefiascone   rendu   célèbre   par   le   triple   Est   qu'un   serviteur   laissa   comme   message   à   l'évêque   Fugger,   lors d'un   voyage   vers   Rome,   pour   indiquer   l'excellente   qualité   du   vin   local   (le   serviteur   devait   répondre   "   Est   "   si   le   vin   était   bon.   Il   a   répondu   "   Est, Est, Est " pour indiquer qu'il était excellent. Il existe aujourd'hui un vin de la région avec une étiquette portant la mention " Est, Est, Est "). Presque   tout   en   descente   nous   arrivons   à   Viterbo.   Nous   décidons   de   dormir   ici,   ceci   malgré   le   tintamarre   créé   par   les   "tifosi"   de   l'équipe   football de Rome qui fêtent le titre de champion d'Italie. Cette étape, tant redoutée, s'est révélée moins dure que prévu. Nous dormons ä l'hôtel TUSCIA pour 65'000 Lires par personne avec petit déjeuner.
Siena, Piazza del Campo
Siena, Torre del Mangia
Dôme de Siena
S. Quirico d'Orcia
Près de S. Quirico d'Orcia
Lac de Bolsena vu de Montefiascone
Bolsena
18/06/2001 Viterbo - Casale delle Palme 159 km 1810 m Départ 6:20 Arrivée 17:30
Après   un   petit-déjeuner   frugal,   nous   devons   attaquer   tout   de   suite   une   montée   !   En   effet,   la   route   qui   conduit   au   col   de   Cimino   est   assez   dure sur   les   premiers   6   km.   Ensuite   nous   traversons   une   magnifique   forêt   de   hêtres   et   de   châtaigniers.   Nous   voyageons   sur   la   via   Cimina   dans   le parc naturel du lac de Vico, lac formé dans le cratère d'un volcan. Une   autre   montée   nous   attend   à   la   sortie   de   Ronciglione.   Nous   arrivons   à   Sutri,   mais   il   est   trop   tôt   pour   visiter   l'amphithéâtre   romain.   Nous pouvons observer, coupés dans le tuf, des nécropoles étrusques. A   nouveau   une   montée   puis   nous   descendons   sur   les   rives   du   lac   de   Bracciano.   Des   3   lacs   (Bolsena,   Vico   et   Bracciano),   celui   de   Vico   est   le   plus attrayant par sa végétation. À Anguillara, nous quittons le lac de Bracciano pour prendre la direction de Rome. Nous   entrons   dans   la   capitale   à   12:00.   Au   milieu   du   trafic,   nous   avons   de   la   peine   à   trouver   la   cité   du   Vatican.   Naturellement,   la   piazza   S.   Pietro est envahie de touristes. Nous   passons   devant   le   Castel   S.   Angelo   pour   nous   diriger   ensuite   vers   la   piazza   Venezia.   Nous   montons   au   Quirinale   pour   redescendre   vers   la fontaine de Trevi. Nous longeons le Foro Romano et arrivons enfin au Colisée. Nous   quittons   Rome   par   la   route   Appia   Antica.   Après   environ   10   km,   nous   retrouvons   la   route   principale   qui   conduit   à   Castel   Gandolfo   et   à Albano Laziale. Avant Albano, Giulli est victime d'une crevaison. Le ciel devient toujours plus sombre. À Albano nous pouvons observer des orages en direction de la mer. À   Velletri,   fin   d'étape   prévue,   nous   nous   arrêtons   pour   boire   une   bonne   bière.   Accueillis   par   deux   chiens   errants   et   au   vu   du   visage   peu recommandable   de   certains   clients,   nous   décidons   de   poursuivre   notre   route.   Sur   la   via   Appia,   nous   nous   arrêtons   à   Casale   delle   Palme   pour   la nuit. Nous dormons pour 72'000 Lires par personne dîner et petit déjeuner compris.
Lac de Vico
Sutri, côte de tuf avec nécropoles étrusques
S. Pietro
Fontaine di Trevi
Piazza Venezia
Près de Albano, l'orage menace
19/06/2001 Casale delle Palme - Pompei 197 km 590 m Départ 6:50 Arrivée 17:40
Nous attaquons tout de suite une ligne droite de 30 km ! Nous sommes encore sur la via Appia dans l'Agro Pontino. Ce   marécage   a   été   assaini   par   Mussolini,   entre   les   années   1932   et   1936.   Ce   sont   2953   familles,   provenant   des   provinces   de   Venise   et   Emilia Romagna, qui ont été transférées ici. A Terracina, nous voyons la mer pour la première fois. Nous pouvons observer le temple de Giove Anxur sur la colline qui domine la ville. La température est encore fraîche et le ciel mi-couvert. Nous continuons en direction de Sperlonga, petite bourgade touristique. Jusqu'à   Gaeta,   nous   longeons   de   magnifiques   plages.   La   traversée   d'un   tunnel   non   éclairé   nous   crée   quelques   difficultés,   la   petite   lampe   que nous avons se révèle insuffisante. Entre   Gaeta   et   Marina   di   Lago   di   Patria,   la   route   est   plutôt   monotone.   Nous   nous   arrêtons   à   Marina   di   Varcaturo   dans   un   bar   juste   sur   la   mer. La plage est pratiquement déserte, d'ailleurs la température n'encourage pas à la baignade. Nous pouvons admirer au loin l'île d'Ischia. En légère montée, nous atteignons le magnifique lac d'Averno. Puis nous traversons Pozzuoli et passons devant l'île de Nisida. Nous   entrons   à   Napoli   à   15:30.   Jusqu'au   castello   dell'Ovo   la   situation   est   encore   supportable,   mais   il   nous   attend   20   km   terribles.   La   route   est pavée   et   sale,   le   trafic   est   intense.   Nous   comprenons   pourquoi   nous   voyons   plusieurs   indications   :   ici   réparation   de   pot   d'échappement   en   15 minutes! Un   passant   nous   indique   le   chemin   le   plus   rapide   pour   rejoindre   Pompei.   Hélas,   son   conseil   nous   conduit,   en   montée,   jusqu'à   l'entrée   de l'autoroute! Nous retournons sur nos pas, un panneau indique Torre Annunziata, nous sommes donc sur la bonne route. Nous   arrivons   finalement   à   Pompei,   mais   il   est   trop   tard   pour   visiter   les   excavations   nous   dit   le   portier   d'hôtel   où   nous   logeons.   Nous   renvoyons la visite au lendemain. Nous dormons à l'hôtel Vittoria pour 54'000 Lires par personne petit déjeuner compris.
Terracina, le temple de Anxur
Entre Terracina et Gaeta
Marina di Lago di Patria, dans le fond l'ìle d'Ischia
Le lac d'Averno, il manque 20km à Napoli
À gauche Napoli, dans le fond le Vésuve
Pompei
Pompei
Pompei
Napoli, castello dell’Ovo
Pompei
Isola di Nisida
20/06/2001 Pompei - Paestum 130 km 1225 m Départ 9:25 Arrivée 18:15
À   8:00,   nous   nous   trouvons   à   l'entrée   de   la   ville   ensevelie   par   la   lave.   L'horaire   exposé   nous   indique   que   nous   aurions   pu   faire   la   visite   le   soir précédent. Les indications du portier d'hôtel étaient fausses. Ne jamais se fier! Il   nous   faudrait   une   journée   entière   pour   cette   intéressante   visite.   Ce   lieu   a   été   découvert   par   hasard   entre   1594   et   1600   durant   des   travaux d'assainissement! Pompei a été ensevelie en une nuit, celle du 24 août 79 (après Jésus-Christ). À   9:25,   nous   partons   en   direction   de   la   côte   Amalfitana.   Après   le   chaos   de   Torre   Annunziata,   nous   jouissons   d'un   magnifique   panorama   sur   la plaine de Sorrento. De l'autre côté du golfe, nous devinons Naples. Après Sorrento, nous montons jusqu'à 500 m au milieu d'oliviers et citronniers. Près de S. Agata, nous pouvons discerner au loin l'île de Capri. Nous   sommes   maintenant   sur   la   côte   Amalfitana.   Hélas,   le   temps   n'est   pas   idéal   pour   observer   le   paysage,   mais   la   température   est   parfaite pour voyager en bicyclette. La côte est magnifique. Plus nous nous approchons de Positano, plus le trafic est intense. Nous   quittons   la   route   de   contournement   pour   descendre   à   Positano.   Nous   sommes   stupéfaits   par   la   quantité   de   touristes.   La   police   nous empêche   de   rejoindre   la   mer   avec   nos   bicyclettes.   Nous   nous   arrêtons   pour   manger   un   sandwich   avec   une   excellente   mozzarella   di   bufala (fromage). Nous   remontons   rejoindre   la   route   de   contournement.   Entre   Positano   et   Amalfi,   nous   découvrons   une   multitude   d'hôtels   construits   un   peu partout au milieu des rochers avec, naturellement, une vue splendide sur la mer. Nous atteignons Amalfi, qui, à notre avis, n'a pas le cachet de Positano. Nous   continuons   notre   chemin   sur   le   rives   du   golfe   de   Salerno.   Dans   le   fond,   nous   pouvons   observer   la   ville   homonyme.   Sa   traversée   ne   pose aucun problème. En effet, nous pouvons rouler en toute tranquillité sur la spacieuse promenade qui longe la mer. Encore 37 km et nous rejoignons Paestum assez rapidement grâce à un vent favorable. Nous visitons les magnifiques temples de Paestum avant de rejoindre l'hôtel situé directement sur la mer. Quel journée intense de visites! Nous dormons à l'hôtel Mandetta pour 92'000 Lires par personne dîner et petit déjeuner compris.
Avant Sorrento
Côte Amalfitana Avant Positano
Torre di Amalfi
Avant Amalfi, la Conca dei Marini
Positano
Le golfe de Salerno
Paestum
21/06/2001 Paestum - Praia a Mare 153 km 1800 m Départ 7:15 Arrivée 16:50
Nous laissons Paestum et ses temples et poursuivons, le long de la mer, jusqu'à Acropoli. Nous   sommes   maintenant   sur   la   route   (ressemble   plus   à   une   autoroute)   qui   traverse   tout   le   Cilento   jusqu'à   Sapri.   À   300   m   d'altitude,   à   l'entrée d'un   tunnel,   nous   trouvons   deux   carabinieri.   Où   allez-vous   ?   Mais   vous   êtes   fous   de   pénétrer,   sans   lumière,   dans   ce   tunnel   long   de   trois kilomètres. Vous cherchez la mort? En plus, cette route est interdite aux cyclistes! Rien que de voir les camions entrer à haute vitesse dans ce trou plein de fumée nous donne la chair de poule. Le   changement   de   parcours   remet   en   cause   le   projet   de   rejoindre   Praia   a   Mare   comme   prévu.   En   effet   nous   devrons   parcourir   plus   de kilomètres et de dénivellation. Depuis Rutino (371 m), nous nous sentons moins en sécurité, on se dirait dans l'Aspromonte ! Notre moral est au plus bas, nous pensons déjà arriver à Palerme avec un jour de retard sur notre programme. À Procoio, nous décidons de prendre la direction de Castellammare di Velia situé au bord de la mer où nous nous sentons plus en sûreté. Nous montons à Ascea (235 m), la côte est belle. Avant Pisciotta, un passage à plus de 15 % nous fait bien transpirer. Nous   longeons   la   longue   plage   de   Palinuro,   pratiquement   sans   touristes.   À   12:00,   nous   sommes   à   Palinuro   et   nous   nous   arrêtons   pour   manger et faire le point de la situation. Nous espérons rejoindre au moins Sapri dans la journée. Un client du restaurant nous conseille de passer par Aquavena (415 m), la pente étant bien plus douce. Nous quittons la mer, sur notre droite, pour entrer dans une vallée très étroite. Nous traversons Celle di Bulgheria. Si toutes les montées étaient comme ça, nous dit Pietro! Le client avait raison. La   vue   sur   le   golfe   de   Policastro   avec   Sapri   dans   le   fond   nous   remonte   le   moral.   À   15:00,   nous   entrons   dans   Sapri   en   jubilant   :   En   effet,   il   ne manque que 35 km jusqu`à Praia a Mare, étape prévue selon notre programme, nous y arriverons! Quelle   côte   entre   Sapri   et   Maratea,   peut-être   la   plus   belle   de   notre   voyage.   En   plus,   il   y   a   peu   de   tourisme.   Nous   pédalons   à   150   m   au-dessus de la mer. Nous traversons Acquafredda, Maratea pour rejoindre la Calabre à Praia a Mare, heureux de l'avoir atteinte comme prévu. Nous dormons à l'hôtel Mondial pour 45'000 Lires par personne petit déjeuner compris.
Après Agropoli, montée dans le Cilento
Dans le fond, le cap de Palinuro
Après Sapri, le golfe de Policastro
Avant Acquafredda
Entre Sapri et Maratea
Près de Acquafredda
Praia a Mare, nous sommes en Calabre
Praia a Mare
22/06/2001 Praia a Mare - Gioia Tauro 207 km 1300 m Départ 6:45 Arrivée 17:55
À 3:00, en pleine nuit, une sirène réveille tout le quartier pendant au moins 5 minutes. À   6:30,   nous   descendons   pour   prendre   notre   petit   déjeuner.   Nous   demandons   au   sommelier   ce   qu'il   s'est   passé   cette   nuit.   Réponse   :   Rien, seulement un petit contact à l'alarme de l'hôtel! Quel   petit   déjeuner!   Rien   à   manger   parce   que   le   boulanger   ce   matin   est   en   retard,   et   pour   moi   rien   à   boire   parce   que   le   sommelier   ne   trouve pas les sachets de thé. Nous   passons   devant   l'île   de   Dino,   puis   nous   montons   pour   retrouver   la   route   principale   qui   nous   conduit   au   pied   de   Scalea.   Après   environ   30 km,   nous   nous   arrêtons   à   Cirella   pour   prendre   finalement   un   vrai   petit   déjeuner   (3   brioches   et   la   boisson   pour   moins   de   5'000   Lires   par personne!) Nous continuons, à bonne allure, en direction de Diamante, Marina di Fuscaldo, Paola, Amantea. La température est finalement de saison! Près de l'aéroport de S. Eufemia, le tour d'Italie amateur nous dépasse. Nous   pensions   dormir   à   Pizzo,   mais   c'est   trop   tôt,   il   est   14:45,   nous   décidons   de   continuer.   Nous   montons   à   Vibo   Valentia   (476   m)   puis   nous descendons en direction de Mileto. Pour un instant, nous avons aperçu dans le fond la Sicile. Avant Gioia Tauro, nous traversons une plantation d'oliviers séculaires. Impressionnant, le diamètre de ces oliviers. Aujourd'hui, nous avons une belle avance sur notre programme (environ 50 km). Avant   dîner,   nous   allons   chez   un   cordonnier   pour   réparer   une   sacoche   de   Giuli.   Il   ne   peut   pas   effectuer   la   réparation,   mais   un   client   très disponible (il a travaillé 2 ans en Suisse), nous conduit chez un couturier lequel, en 20 minutes, à la main, recoud la partie endommagée. À   la   fin   du   travail,   il   n'y   a   pas   moyen   de   payer.   Notre   accompagnant,   qui   a   attendu   avec   nous,   nous   dit   de   ne   pas   insister   parce   que   le   couturier pourrait s'offenser. Il ajoute : Nous, Calabrais nous sommes des gredins, mais si quelqu'un a besoin d'aide, nous avons la main sur le cœur! Ceci est l'hospitalité du méridional. Nous dormons pour 30'000 Lires par personne sans petit déjeuner !
Après Praia, l'île de Dino
Scalea
Cirella
Mileto, entre Vibo Valentia et Gioia Tauro
23/06/2001 Gioia Tauro - Randazzo 143 km 1950 m Départ 7:05 Arrivée 18:35
Le   départ   est   tout   en   montée,   en   effet   le   point   du   vue   du   M.   S.   Elia   se   trouve   à   579m   d'altitude.   La   vue   est   splendide,   l'on   aperçoit   très   bien   le détroit de Messine et l'Etna. La mer est d'une couleur bleue-verte. Une   longue   descente   nous   conduit   au   niveau   de   la   mer   plus   précisément   à   Bagnara.   Il   manque   environ   20km   à   Villa   s.   Giovanni   que   nous atteignons à 11:00 après avoir traversé Scilla. Nous embarquons sur le bac, le deuxième de notre voyage. La traversée dure 20 minutes et nous profitons pour manger un sandwich et boire. Rapidement nous débarquons à Messine, nous sommes arrivé en Sicile! Nous sortons du port, mais au fait où paye-t-on le bac? La sortie de Messine est terrible, nous avançons au ralenti, le trafic est intense et il y a des colonnes de voitures à n'en plus finir. A partir de Ponte S. Stefano la situation s'améliore mais le chaud se fait sentir et la petite montée du cap S. Alessio nous fait bien transpirer. Une autre montée nous permet de rejoindre Taormina (250m), la vue est splendide. Une   mauvaise   surprise   nous   attend,   aujourd'hui,   samedi,   l'amphithéâtre   est   fermé   au   public!   Nous   devons   nous   contenter   d'une   traversée   du centre historique. L'Etna se rapproche toujours plus! La descente en direction des Giardini Naxos est impressionnante, nous pouvons l'estimer à 20%. Nous   nous   arrêtons   à   la   Taverna   Naxos,   en   effet   Pietro   doit   porter   les   salutations   de   la   part   d'un   collègue   de   travail.   Nous   sommes   reçu chaleureusement. D'où venez-vous, où allez-vous dormez-vous ici? Il   est   15:30,   il   est   trop   tôt   pour   s'arrêter   ici.   Nous   pensons   rejoindre   Randazzo   situé   sur   le   versant   nord   de   l'Etna.   Aussitôt   le   patron   téléphone   à un hôtel de Randazzo pour nous réserver une chambre, quel service! Après les salutations d'usage et quelques photos nous repartons. La montée en direction de Linguaglossa n'est pas très dure mais mon thermomètre indique 35 degrés, la sueur nous brûle les yeux. Plusieurs fois nous traversons les voies du chemin de fer qui fait le tour de l'Etna. La végétation est belle verte. Avant Randazzo nous traversons une coulée de lave qui va finir très loin en aval de la route. C'est impressionnant. Nous arrivons assez fatigué, aujourd'hui c'était l'étape avec le plus de dénivellation mais le but est toujours plus proche! Nous dormons à l'hôtel Scrivano pour 50'000 Lire par personne avec petit-déjeuné.
Depuis le M. S. Elia (579m) vue su Palmi
M. S. Elia. L'on aperçoit le détroit de Messine
Depuis le M. S. Elia
Bagnara, dans le fond le détroit
Angelo, le patron del la taverna Naxos
Taormina
Taormina
Etna (3323m)
Que de lave en aval de la route!
24/06/2001 Randazzo - Cefalù 134 km 1405 m Départ 7:35 Arrivée 15:50
Cette fois nous prenons un petit déjeuner ad hoc! Avant   de   partir,   Pietro   doit   résoudre   un   problème   avec   le   chien   de   l'hôtel.   En   effet,   ce   dernier   joue   avec   ses   souliers   cyclistes,   encore   quelques minutes et ils étaient détruits! De   Randazzo,   nous   montons   jusqu'au   passo   Rummolo   (880   m).   Nous   rencontrons   quelques   cyclistes,   bien   sûr,   c'est   dimanche,   nous   avons perdu la notion du temps ! Une belle route en descente nous conduit à la bifurcation pour Cesarò, nous sommes à 620 m d'altitude. La   montée   vers   les   Monti   Nebrodi   n'est   pas   très   dure,   le   paysage   est   toujours   plus   aride.   Nous   nous   éloignons   de   l'Etna,   mais   nous   pouvons toujours observer la vapeur qu'il émane continuellement. Nous traversons Cesarò, altitude 1150 m. Nous sommes dans un magnifique parc protégé. On remarque tout de suite la propreté par rapport à ce que l'on a vu les jours précédents. Nous   franchissons   la   Portella   (passo)   S.   Antonio,   Portella   dei   Bufali,   Portella   Sella   Maria   et   enfin   la   Portella   della   Femina   Morta   ou   Miraglia,   toit de notre voyage (1524 m). Maintenant, au milieu des Monti Nebrodi, 30 km de descente nous attendent. À   l'entrée   de   S.   Fratello,   nous   voyons   le   premier   accident.   Le   pauvre   automobiliste,   non   fautif,   regarde   attristé   sa   voiture   prise   en   sandwich   sur les côtés gauche et droit par deux autres véhicules. Vouloir le faire, serait difficile! En   constatant   leur   façon   de   conduire,   qui   respecte   les   priorités   une   fois   sur   deux,   nous   venions   de   nous   dire   :   peut-être   que   c'est   possible   qu'il ne se passe jamais rien, mais ... À la sortie de S Fratello, nous constatons la particularité de l'éclairage de la route, ce sont des lampadaires à énergie solaire! À Acquedolci, nous roulons à nouveau sur le bord de mer, il reste environ 60 km pour atteindre Cefalù. Quelques   kilomètres   après   Acquedolci,   Giulli   est   victime   d'une   deuxième   (et   dernière)   crevaison.   La   réparation   s'effectue   à   l'ombre   d'un   arbre, la température se faisant sérieusement sentir. Nous nous arrêtons à S. Stefano di Calastra pour faire le plein des gourdes. Nous atteignons Cefalù relativement tôt, mais pour aujourd'hui ça suffit. Palerme est toujours plus proche, plus qu'environ 80 km. Vu   l'avance   sur   notre   programme,   d'un   commun   accord,   nous   décidons   d'avancer   d'un   jour   le   retour   avec   le   bateau.   Demain   nous   irons   dans une agence de voyage à Cefalù (aujourd'hui c'est dimanche) pour changer la date de notre billet. Nous dormons à l'hôtel Riva del Sole pour 133'000 Lires par personne, dîner et petit déjeuner compris.
suite
it